L’ombre de l’ancien président Zine el-Abidine Ben Ali, exilé depuis le début du « Printemps arabe » en 2011, plane encore sur la Tunisie…


Le 20 mars, la Tunisie a célébré ses soixante-trois ans d’indépendance. Aux deux longs règnes de Bourguiba (1956-1987) et Ben Ali (1987-2011) a succédé une démocratie qui va cahin-caha, mais a su intégrer ses islamistes. Afin d’éviter la guerre civile, le gouvernement de Youssef Chahed réunit les ennemis jurés que sont les postbourguibistes de Nidaa Tunes et les Frères musulmans d’Ennahda. Lors du dernier remaniement ministériel, début novembre, l’attention des médias du monde entier s’est focalisée sur la nomination de René Trabelsi au ministère du Tourisme. Et pour cause : un juif tunisien au gouvernement, ça n’était pas arrivé depuis les lendemains de l’indépendance ! Le symbole devait rassurer l’opinion internationale et promouvoir l’image d’une Tunisie ouverte, toléra

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2019 – Causeur #67

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite