Vous voulez vous rendre aux Etats-Unis ? Fort du fait que vous n’êtes ni Somalien, ni Soudanais, ni Iranien, ni Irakien, etc. vous pensez sans doute que c’est chose aisée. Vous êtes inconscient. Ou alors vous aimez, par masochisme, les parcours du combattant. J’ai sous les yeux le formulaire à remplir pour obtenir un droit d’entrée aux Etats-Unis.

Il vous est demandé si vous souffrez d’une maladie physique ou mentale. Et plus précisément des maladies suivantes : « choléra, diphtérie, tuberculose (infectieuse), peste, variole, fièvre jaune, fièvres hémorragiques virales, y compris Ebola, Lassa, Marburg, Crimée-Congo, maladies respiratoires aiguës sévères avec risque de transmission à d’autres personnes et pouvant provoquer la mort. »   ⃣   Non   ⃣   Oui

Vous devez également répondre à une question encore plus intéressante : « Avez-vous l’intention de participer ou avez-vous participé à des activités terroristes, d’espionnage, de sabotage ou de génocide ? »   ⃣   Non   ⃣   Oui.

Et on vous demandera enfin si récemment (depuis 2011) « vous avez voyagé au Yémen, en Somalie, en Irak », etc.   ⃣   Non   ⃣   Oui

Le décret Trump, c’est du flan

Insouciant que vous êtes, vous pensez qu’il vous suffit de répondre « non » à toutes ces questions intrusives et que c’est dans la poche. Détrompez-vous. Il est spécifié sur le même formulaire qu’en cas de mensonge vous risquez non seulement d’être expulsé mais aussi des sanctions administratives et pénales ; la prison donc. Et alors ?, direz-vous. Comment les Américains sauraient-ils que vous avez menti ? Prenez conscience du fait que la CIA, la NSA et toutes les agences de renseignement américaines savent tout sur vous.

Pour ma part j’ai sagement renoncé à me rendre aux Etats-Unis. J’ai fait il y a quelques années un voyage au Yémen. C’était pour voir la maison d’Arthur Rimbaud. Mais comment pourrais-je prouver que ce n’était pas pour me faire endoctriner dans une madrasa ? Par ailleurs, je ne sais pas ce qu’est la maladie « Crimée-Congo ». Donc je ne sais pas si je l’ai ou pas. A moins qu’il s’agisse d’une information encore secrète concernant Poutine qui, en douce, aurait annexé le Congo après la Crimée…

Tout ça pour dire que le décret Trump, c’est du flan, du vent. Il est inutile, superfétatoire. En effet, l’entrée aux Etats-Unis est, on vient de le voir, très étroitement surveillée. De la part du président américain, il s’agit donc d’une posture, d’une déclaration peu amicale de défiance à l’égard du monde musulman. Une façon de dire à l’islam, à la façon un peu rude de Trump : « F*ck you ! »

Le but affiché de Donald Trump est théoriquement de protéger son pays contre le terrorisme. « Une mesure totalement inefficace », a affirmé, à juste titre, Bernard Cazeneuve. Si Trump avait voulu bien faire les choses, il aurait ajouté à sa liste noire un grand pays européen, la France, qui compte des milliers de djihadistes et de fichés S. Mais ce n’est sans doute pas ce qu’a voulu lui suggérer notre Premier ministre…