Les ouvriers qui séquestrent des patrons ou des cadres dirigeants ont-ils raison ? Oui, bien sûr.

Pour une raison simple : que diable pourraient-ils faire d’autre ? Voilà des gens qui normalement n’embêtent personne. Qui fabriquent des pneus, des cartes à puces ou des têtes de delco huit heures par jour. Qui sont payés 1200 euros net au bout de quinze ans d’ancienneté. Des gens qui le samedi bricolent dans leur pavillon et organisent des merguez-parties le dimanche, quand il fait beau, ou qui vont tenir un stand au vide-grenier du club de natation. En temps normal, on n’entend jamais parler d’eux, et ça leur convient parfaitement. Et puis un jour, un mec leur annonce que tout ça, c’est fini. Au mieux, on leur a préparé un plan social en béton. En clair un reclassement bidon, une formation bidon, un autre connard en costume qui vient leur expliquer comment ils peuvent se mettre à leur compte, monter une micro-entreprise de toilettage canin ou un gîte rural gay-friendly avant d’aller grossir les statistiques du RMI.

Eh bien, ces gens-là, ils ne veulent pas devenir toiletteurs pour chiens ni ouvrir un salon de thé bio dans la banlieue sud de Compiègne. Ils sont conservateurs, comme vous et moi. Ils veulent conserver leur emploi, et aussi conserver leur maison qu’ils n’ont pas fini de payer, conserver leur canapé en cuir, conserver le droit de payer des cours de danse à la petite ou de partir chaque été en famille dans un mobile home à Sanary-sur-Mer.

Ils veulent garder leur emploi. Ils se contrefoutent du pourquoi et du comment, il va de soi qu’ils ont raison. La macro-économie, c’est pas leur truc. Ni le retour aux grands équilibres, le recentrage sur le cœur de métier, la reconstitution des marges et les profits d’aujourd’hui qui font les investissements de demain et les emplois d’après-demain.

A ces débiles-là, on pourra agréger sans peine d’autres abrutis de conservateurs: les caissières de chez Auchan ou les vendeurs de chez Darty qui rechignent à bosser le dimanche. Qui préfèrent aller au foot ou à la messe, ou faire des grasses mat’ crapuleuses, ou cuver leur cuite de la veille, ou voir grandir leurs mômes. Toutes activités qui remettent en cause la compétitivité économique de la France.

J’ai encore entendu Jean-François Copé me l’expliquer, sans rire, hier matin sur i-Télé. Et là à, mon grand étonnement, je n’ai pas pensé ce que j’aurai dû penser normalement : que décidément c’est toujours les mêmes salades sur la compétitivité, le volontariat et la liberté que nous servent la gauche et la droite depuis trente ans, que la ficelle commence à être salement usée, qu’un homme politique – fût-il inexistant comme Copé – devrait avoir honte de refiler des balançoires pareilles. Et bien non. Le seul truc qui m’a traversé l’esprit, c’est : « Ce mec mérite des baffes ! »

Alors quand les baffes commencent à pleuvoir, je suis content. Je me repasse en boucle les images où le cadre sup’ de chez Continental se prend des œufs pourris sur le crâne ou celles de la sous-préfecture dévastée à Compiègne.

Je me délecte à chaque fois que j’entends ces arguments ouvriers simples, primaires, primitifs : ce ne sont pas eux qui ont créé le merdier financier actuel, ce n’est pas à eux de le payer. Que ce raisonnement borné est doux à mes oreilles. C’est celui de braves gens qui ne veulent pas passer à la télé, qui ne veulent pas de leur quart d’heure warholien. Ils ne veulent pas être célèbres, ils ne veulent pas de notre compassion, ni de celle de Ségolène ou de Besancenot. Ils ne veulent pas être des victimes. Ils veulent la paix, la dignité, l’anonymat. Ce sont mes frères.

Et si on peut reprocher quelque choses à nos prolos de Caterpillar, Molex, Sony ou Continental, c’est uniquement d’y aller un peu trop mollo. De faire monter des matelas pour la nuit aux séquestrés, de leur commander des pizzas le soir ou de leur apporter des croissants le matin. Tout ça pour se faire traiter, par exemple, de «criminels» par le gérant de Molex après sa libération. Ce dernier, est même allé jusqu’à mettre en cause dans une interview au Parisien « le niveau intellectuel de certains salariés ». Oui, t’as raison, mon gars, les salariés de Molex sont sûrement des imbéciles, et congénitaux, avec ça. Sinon, au lieu d’enfermer bêtement leur patron dans son bureau – ce qui ne devrait pas le déranger outre mesure, ces gens-là prétendent travailler 24h/24 –, ils l’auraient obligé à aller nettoyer les WC, lui auraient servi du Canigou pour le dîner ou lui auraient mis quelques claques pour lui expliquer la vie.

Car en réalité, pour l’instant toute cette « violence sociale » est excessivement non-violente. Oui, nos prolos sont trop gentils. Ils ont affaire à des voleurs, des voyous, des casseurs en bande organisée. Qui veulent non seulement leur voler leur pognon, mais aussi, à terme, leurs meubles, leurs logements, leur droit de vivre en paix. Quand l’huissier sera là, il sera trop tard pour péter les plombs, c’est maintenant qu’il faut se fâcher. Travailleuses, travailleurs, lâchez-vous, vous êtes en état de légitime défense généralisée. Si un boutonneux frais émoulu d’HEC vient faire un audit, il faut qu’il sorte des locaux à poil. Si votre député UMP a voté pour le travail du dimanche, faites-lui passer un week-end dans la chambre froide chez Carrefour. Et aux manifs du 1er mai, que le PS rêve tout haut de récupérer, il ne serait peut-être pas inutile de rappeler à ces gens-là quelques vérités historiques sur les 35 heures et l’annualisation du temps de travail, la merveilleuse invention du VSD (travail du vendredi, samedi, dimanche dans les usines), les salaires bloqués, la « libéralisation » par l’Union européenne, avec la bénédiction des socialistes, du travail de nuit des femmes. Le mépris pour les ouvriers incités à aller en week-end prolongé grâce à leurs RTT, comme des bobos d’Oberkampf. En gros leur mépris du monde du travail, le vrai, pas celui des hauts fonctionnaires, des créatifs de pubs et des journalistes de télé.

Comme tout le monde, après avoir vu la fameuse vidéo du Noctilien, j’ai été choqué – entre autres – par les piteuses scènes de non-assistance à personne en danger qu’elle donnait à voir. On cogne un mec au sang et les autres voyageurs, préfèrent pour la plupart regarder leurs chaussures. Pas parce qu’ils sont spécialement lâches, ou méchants, mais parce qu’ils ont peur.

Alors, il faut que la peur change de camp. Et pas seulement dans les bus de nuit. Chaque jour dans les entreprises, c’est vous qu’on cogne, vos femmes, vos mecs, vos enfants, vos copains. Allez-vous laisser faire ?

Prolétaires de tout le pays, unissez-vous, punissez-les !

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Marc Cohen
est rédacteur en chef de Causeur.est rédacteur en chef de Causeur. Pilier du Groupe d’Intervention Culturelle Jalons, il a notamment été rédacteur en chef de "L’Idiot International ".