Home Culture Swift 2012


Swift 2012

Jonathan Swift. Photo : MaestroBen.

L’autre jour, en cherchant des livres à acheter afin de les offrir autour de moi, je suis tombé sur un savoureux libelle: L’art du mensonge politique (Éditions Jérôme Millon) — un texte paru sans nom d’auteur en 1733. Le ton ironique est si fin et si mordant que l’on en a longtemps attribué la paternité à Jonathan Swift. En fait, les spécialistes pensent que le coupable est un ami de Swift, John Arbuthnot. Qu’importe. C’est un excellent ouvrage de civilité cynique à ranger parmi les classiques du genre : Le Prince, de Machiavel et L’homme de cour, de Baltasar Gracián, mais en plus gaguesque. Il se lit en une heure. On sourit à chaque chapitre. Du gai savoir, en somme, destiné à déniaiser ceux qui gobent les programmes électoraux, les déclarations

gouvernementales, la propagande de guerre, le prêchi-prêcha philosophique, ou ceux qui, tout bonnement, croient à la franchise dans les rapports humains.
Bien sûr, les jobards ne le liront pas. S’ils le lisent, ils y verront une exagération. Qu’ils ne viennent pas couiner s’ils finissent, comme d’habitude, à poil. Pour ma part, dans un ouvrage qui marquera l’Histoire des Idées, à savoir notre Traité du Cafard, j’avais écrit : « Qu’un pouvoir use du mensonge pour justifier telle ou telle de ses entreprises, rien à redire. La fin justifie les moyens. Qu’un peuple n’accorde pas le moindre crédit au mensonge du pouvoir, mais feigne le contraire, rien à redire non plus. Cela lui permet de se soumettre avec bonne conscience. »

Dès que je finis de lire l’opuscule, je renonçai par pur égoïsme à l’offrir et le rangeai à mon chevet parmi d’autres mauvaises lectures qui, depuis bien des années, ont fait de moi un piètre citoyen.

L’art du mensonge politique (Éditions Jérôme Millon)


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Un Français s’en va
Next article Ayez peur !
Nihiliste balnéaire, surfeur émérite, Frédéric Schiffter a reçu le prix Décembre pour Philosophie sentimentale (Flammarion)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération