Si les français moyens allaient moins souvent en Suisse pour cacher des lingots d’or et plus souvent pour faire de l’éco-tourisme, ils sauraient que le bouc est une espèce extrêmement répandue dans la faune helvétique. Pour mémoire le bouc, dixit le Larousse (qui est une religion comme une autre) est « le mâle de la chèvre, aux cornes puissantes, à la barbe développée et à l’odeur très forte ». C’est certainement pour ces différentes raisons que l’Union démocratique du Centre (UDC), parti conservateur modernisé promis à un succès électoral important lors des élections législatives qui se dérouleront dimanche prochain, a écarté le fier impala et le goguenard casoar à casque pour faire d’un bouc, Zottel la touffe »), la mascotte de son action.

L’UDC a déjà beaucoup sollicité les animaux. En 2007, pour l’initiative populaire fédérale sur le renvoi des étrangers criminels on voyait, sur l’affiche du parti, un troupeau de moutons blancs bouter hors de la Suisse un mouton noir. Deux ans plus tard, à l’occasion d’une votation sur la libre circulation avec l’Union européenne leur affiche montrait la confédération se faire dépecer par des corbeaux noirs. Une iconographie animalière éprouvante, comme on peut le constater… Mais depuis dimanche, la Suisse vit dans l’angoisse. Zottel, le bouc fétiche de l’UDC a été enlevé chez son propriétaire par un groupuscule d’extrême-gauche antifasciste qui a revendiqué l’action en ces termes : « Maintenant, nous avons aussi un bouc émissaire ». Les obscurs plaisantins n’ont pas hésité à enlever Mimo dans la foulée, chèvre naine compagne de Zottel. L’UDC a fermement condamné le rapt du bestiau : « c’est un acte criminel ! », et a profité de l’incident pour rappeler ses impérissables qualités : « (il est) curieux, intéressé, impertinent, coriace, entêté et résistant. (il) symbolise ainsi la liberté, l’indépendance et l’intrépidité de la Suisse ». Mardi le petit bouc a été retrouvé dans la région de Zurich, attaché à un arbre et barbouillé de peinture noire.

Libé a cru bon de commenter: « Les populistes n’ont pas une touffe d’humour ». Le Matin, quotidien suisse, a titré : « Le rapt du bouc vire à l’affaire d’état ». La péripétie a fait pleurer ou pleurer de rire. C’est selon. Dimanche prochain, l’UDC vise jusqu’à 30% des voix. De quoi redonner le sourire à Zottel. On conseille cependant au parti conservateur Suisse de choisir pour prochaine mascotte un lion ou un guépard : on verra si les antifascistes oseront s’y frotter…

Lire la suite