Home Brèves Malbouffe : Une gastro dans un gastro !


Malbouffe : Une gastro dans un gastro !

Entre l’affaire Findus, les diverses affaires Ikéa , l’affaire des écrevisses nonagénaires de Gennevilliers,  et la nouvelle surprise du chef chez Spanghero, à base, cette fois de mouton britannique avarié, une récente catastrophe alimentaire est passée trop inaperçue. Il ne s’agit pas cette fois de tromperie sur le caractère bovin de la marchandise ou de risque potentiel démasqué juste à temps par les limiers des services départementaux de l’hygiène ou de la Direction générale de la concurrence, la consommation et de la répression des fraudes (Comme quoi tous les fonctionnaires ne sont pas tous aussi surnuméraires que le disent certains, mais c’est une autre histoire).
Figurez-vous qu’à Copenhague, entre le 12 et le 16 février dernier, des dizaines de clients d’un restaurant, ainsi que plusieurs de ses salariés ont été victimes d’une redoutable gastro-entérite. Après enquête, il semblerait qu’un des employés de la maison y ait introduit des bactéries non inscrites au menu. Dès le lendemain, des clients se sont plaints par mail de leurs  diarrhées et vomissements, mais la direction n’a réagi qu’au bout de plusieurs jours.
Banal ? Tu parles, Charles ! Le boui-boui incriminé s’appelle le Noma, il a été primé en 2010, 2011 et 2012, comme le « meilleur restaurant au monde » par la revue Restaurant, censée faire autorité en la matière. Un chouïa moins enthousiaste, le Guide Michelin lui a néanmoins octroyé deux macarons, gage insigne d’irréprochabilité.
Quand on pense qu’à Bruxelles, les Danois sont en pointe, au nom de leurs pseudos principes de précaution sanitaire, pour faire bannir de nos étals le fromage qui pue et autres bonnes choses, on se dit qu’il y a quelque chose de pourri au royaume de l’Havarti.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Camps Roms : Manuel Valls a-t-il le droit de faire appliquer la loi ?
Next article Obama a compris que le verbe ne peut pas tout
De l’Autonomie ouvrière à Jalons, en passant par l’Idiot International, la Lettre Ecarlate et la Fondation du 2-Mars, Marc Cohen a traîné dans quelques-unes des conjurations les plus aimables de ces dernières années. On le voit souvent au Flore.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération