Grande est la notoriété de la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes. Ses propos sur le voile, ses conseils pour frauder la Sécu, lui ont assuré une gloire certaine. Mais, gourmande qu’elle est, il lui en fallait plus. C’est pourquoi elle a convoqué à son ministère Cyril Hanouna, l’animateur de « Touche pas à mon poste ». Ils sont des millions à connaître Hanouna. Et seulement quelques centaines de milliers à savoir qui est Schiappa.

Il était donc légitime qu’elle attende de cette entrevue un surplus de notoriété. Sur le plan intellectuel, elle avait déjà fait le nécessaire en s’en prenant à Alain Finkielkraut. Se friter avec un philosophe ça vous pose une femme issue des « quartiers populaires » (c’est elle-même qui s’attribue cet honneur).

Hanouna a été prié de venir voir la belle Marlène au prétexte que dans son émission il y avait eu un dérapage homophobe.  En réalité nous soupçonnons, connaissant la fougue et le tempérament de Madame Schiappa, que la raison était tout autre que celles que la morale réprouve.

Hanouna a trouvé sa nouvelle chroniqueuse

C’est pourquoi l’animateur, homme averti et prudent, a jugé utile de se faire accompagner par plusieurs dirigeants de sa chaine. La rencontre s’est donc passée dans une ambiance chaste et respectueuse. Marlène Schiappa, qui ne veut aucun mal à Cyril Hanouna, lui a fait quelques suggestions parfaitement intéressantes.

Ainsi, elle lui a proposé d’utiliser pour son émission un « buzzer ». Ou un panneau qui serait brandi chaque fois qu’un mot inconvenant serait prononcé. Hanouna demanderait à une jeune et jolie invitée : « tu suces ? » Et hop apparaîtrait un panneau avec l’inscription « attention vulgaire ! » Il demanderait à une autre : « Tu baises ? » Et re-hop, re-panneau : « c’est dégoûtant ! »

Génial non ? Elle est comme ça Marlène Schiappa. Elle ferait un tabac si elle présentait une émission qui s’appellerait « Touche pas à mon ministère »…