« On a parlé de changements dans la législation. […] mais je ne suis pas assez insensé, messieurs, pour ne pas savoir que ce ne sont pas les lois elles-mêmes qui font la destinée des peuples ; non ce n’est pas le mécanisme des lois qui produit les grands événements, messieurs, c’est l’esprit même du gouvernement ». (Alexis de Tocqueville, Souvenirs)

Notre gouvernement est plein de bonne volonté. Prêt à sauver l’humanité entière, il affûte ses armes comme coupe – choux sur la pierre tendre des belles âmes. L’Iran aura sa bombe atomique, mais la France aura dit non avant de s’incliner devant la volonté d’Obama. Ne fallait-il un peu de raison devant l’inéluctable et grappiller quelques contrats avec les ayatollahs. Ce n’est pas au pauvre de refuser les miettes. Quelques étoiles pour la croissance  promise par notre Sapin… de Noël.

Conscients que l’humanitarisme se heurte au nombre des migrants instrumentés par des manipulateurs de masse sûrs de leur puissance face à l’Europe, on organise un nouveau camping à Calais sous l’œil rigolard des mafieux. Trois TGV d’Eurostar bloqués suite à une nouvelle invasion du tunnel sous la Manche, qu’à cela ne tienne :  les voyageurs débarqués se contenteront d’une distribution de kits de survie !

Un massacre évité de justesse dans le Thalis et « l’humanité » sauvée (dixit Hollande) par trois voyageurs héroïques — un professeur d’anglais franco-américain et deux Américains­— et voilà que la SNCF s’engage à former son personnel aux attaques terroristes, et que le public est encouragé à communiquer son angoisse sur le numéro vert mis à sa disposition. Rien de tel face à une kalachnikov que tout amateur peut trouver facilement.

Alors allons-y, n’hésitons pas à faire parler la loi haut et fort. Et d’abord ouvrons les autoroutes saturées aux autocars, multiplions les radars qui ne piègent que les conducteurs les moins accidentogènes, les contribuables ordinaires, ceux qui ont un permis, une adresse, un travail. Quant aux autres sans permis de conduire, aux identités flottantes, ils s’en foutent. Alors, pourquoi ne pas rendre le permis de conduire non obligatoire. On y pense. Comme au bac moins cinq,  le bac pour tous, sans matières grasses à commencer par le latin, le grec, etc.

Dans l’urgence de faire des économies, n’hésitons plus à fermer les urgences dans les hôpitaux, cela fera moins d’urgences même si ça vous grattouille ou si ça vous chatouille. Et traitons les médecins, libéraux compris, comme des officiers de santé au service de la Sécu. Ceux d’entre eux qui toussent n’ont qu’à aller se faire soigner, mais par qui ?

Enfin, une forte initiative qui émane de la Mairie de Paris : la pénalisation des fumeurs qui jettent leurs clopes sur le trottoir. Ces salopards ne les mettent même pas dans les trous de la chaussée, ni dans les tas d’ordures qui bordent les trottoirs de Paris Ville propre. À la guerre comme à la guerre, feu sur les clopes.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Marc Nacht est psychanalyste et écrivain
Lire la suite