En 2010, Saez dévoile la photo promotionnelle de son nouvel album. Elle est censurée par l’ARPP. L’ARPP est, comme l’explique son site « l’organisme de régulation professionnelle de la publicité en France. (…) Sa mission est de parvenir à concilier liberté d’expression publicitaire et respect des consommateurs. »

Outré par cette censure, Saez s’explique dans le magazine Phosphore de mai 2010 :
 »Elle n’est ni obscène, ni sexuelle (c’est juste un nu), mais la mise en scène gêne. Cette photo choque, car elle reflète une idée que les gens refusent de regarder en face : la société d’aujourd’hui veut que l’individu, et particulièrement la femme, soit réduit à un bout de viande dans un caddy. Tout individu qui naît sur Terre est aujourd’hui pris en otage par la société de consommation. On ne peut accoucher aujourd’hui que d’un objet de consommation : voilà ce que je dénonce. Cette image fait miroir, donc elle fait mal. Qui a envie de se regarder dans la glace quand ça fait mal ? Pourtant, cela pousse à la réflexion. »
Question: dans un contexte moderne, comment peut-on sereinement mener un combat pour la dignité humaine quand l’anticapitalisme justifie ce que la lutte contre l’homophobie condamne ? Vous avez quatre heures. Bon courage.

Lire la suite