Rendez-vous, d’Ernst Lubitsch, avec James Stewart et Margaret Sullivan, 1940 (Collection Fnac).
Employés d’une même boutique à Budapest, Klara et Alfred se supportent difficilement. L’un et l’autre entretiennent par ailleurs une correspondance amoureuse, passionnée et platonique, avec deux anonymes. La mise en scène de Lubitsch, si elle n’est pas tape à l’œil, joue à merveille avec l’espace de cette petite boutique : tout y est prétexte au malentendu, à la confrontation et au flirt – de préférence les trois en même temps. En s’emparant avec son brio habituel de la pièce de théâtre La Parfumerie, du Hongrois Miklos Laszlo, Lubitsch a tout simplement inventé la comédie romantique.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Timothée Gérardin
est l'auteur du blog cinéphile Fenêtres sur cour.
Lire la suite