photo : B.MEHEUST

Si on voulait proclamer à la face du monde que notre histoire et notre culture sont des marchandises et nos villes des centres commerciaux agrémentés de quelques musées destinés au divertissement des consommateurs, c’est parfaitement réussi.

Il y a quelques jours, j’étais assise dans un autobus empruntant le pont au Change, entre la place du Châtelet et l’île de la Cité. De là, on a l’une des plus belles vues de Paris, surtout quand un temps légèrement orageux colore le ciel et la Seine, donnant un air vaguement inquiétant au Palais de Justice qui occupe presque toute la partie occidentale de l’île. À chaque fois que je passe par là, la magie opère. Je pense à Lucien de Rubempré, l’ambitieux déchu d’Illusions perdues, qui se suicide dans sa cellule à quelques mètres de Vautrin, l’ancien forçat qui deviendra chef de la police – personnage inspiré par Vidocq. Derrière les étroites fenêtres de la Conciergerie, sur le mur nord du Palais tourné vers la rive droite, je devine Marie-Antoinette qui attend la mort, sans comprendre pourquoi ce peuple auquel, faute de pain, elle avait conseillé des brioches, la hait tant.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.
Lire la suite