Le libre-échange généralisé a été une catastrophe pour nos économies. Mais, quelles que soient les velléités protectionnistes de Donald Trump, revenir sur ce dogme aura un prix.


Vingt-quatre ans après la signature des accords de l’OMC1, la propagande en faveur du libre-échange bat son plein. C’est que le projet bat de l’aile sous les coups redoublés que lui porte l’improbable Donald Trump, qui a annoncé l’instauration de droits de douane ou de quotas d’importation visant pour l’essentiel l’acier, l’aluminium et les produits électroniques grand public. La Chine, elle, menace de représailles sur les importations de soja, d’avions de ligne et d’automobiles de provenance américaine.

L’Amérique a tué le fils

Le plus déconcertant est que la tentation protectionniste ait saisi le pays qui, avec la Grande-Bretagne, avait porté la globalisation sur les fonds baptismaux. L’économie américaine reste l’une des plus productives du monde ! Elle ne souffre ni d’un déficit entrepreneurial ni d’une paresse de sa main-d’œuvre. Sa recherche bénéficie d’un apport continuel de matière grise depuis l’étranger. Ses exportations sont au premier rang dans le secteur des arm

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Causeur #57 - Mai 2018

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite