Home Édition Abonné Sexe: heureusement que la taille ne compte pas…


Sexe: heureusement que la taille ne compte pas…

1948, pénis horribilis

Sexe: heureusement que la taille ne compte pas…
© Soleil

Est-il bien raisonnable de laisser un cinéaste déraisonnable commenter chaque mois l’actualité en toute liberté ? Assurément non. Causeur a donc décidé de le faire. Jean-Paul Lilienfeld s’attaque ce mois-ci a un problème de taille…


Si vous saviez tout ce que j’avais prévu de vous dire et que vous ne lirez finalement pas !

Je voulais commencer la nouvelle année en beauté, synthétiser celle qui venait de s’achever. Il y avait tellement de choses à souligner. Par quoi commencer ?

Pénis all you need

La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par Trump ? Je ne sais toujours pas quoi en penser. Pas sur le fond. Jérusalem est la capitale d’Israël depuis bien plus longtemps que la création de l’Israël moderne. Moi qui suis un mécréant, j’ai toujours entendu à Pessah l’immémorial : « L’an prochain à Jérusalem. » Formule prononcée pendant le repas de Pessah, la fête qui commémore la sortie des juifs d’Égypte. Et puis le jour où l’on découvrira que la Judée s’est en réalité toujours appelée la Musulmanie on pourra peut-être refaire l’histoire en prétendant que les musulmans étaient là avant. Mais pour le moment, en dépit de tous les efforts de réécriture de l’histoire, il est évident que des juifs ont peuplé ce territoire d’abord. Et si en arrivant après, ils ont réussi à donner leur nom à la contrée, ils sont vraiment trop forts. Non, ce qui me pose problème, c’est le timing. Est-il judicieux de le faire au moment où les alliances se recomposent pour faire face à l’axe chiite ? Est-il malin d’embarrasser les sunnites au moment où leur intérêt est de se rapprocher d’Israël ? Tout cela demanderait à être développé et pourrait faire l’objet de très longs articles.

Mais finalement ce dont je voudrais vous parler, car cela me semble la nouvelle la plus importante, la plus alarmante, la plus détonante de l’année nouvelle, et aussi probablement la plus cohérente avec l’hommage que ce numéro veut rendre à Charlie décimé il y a trois ans, c’est… la diminution inexorable de la taille des pénis depuis 1948.

Ça n’a rien à voir avec ce que vous croyez, c’est l’année où des chercheurs ont commencé à se dire qu’il pourrait être intéressant de noter tous les ans la taille des pénis pour voir si dans ce domaine comme dans celui de la hauteur de l’être humain, les choses allaient vers le plus. Je précise cela car je ne voudrais surtout pas que vous croyiez qu’avant, les hommes n’avaient pas de pénis. Ils en avaient un. C’est seulement que personne n’avait été assez malin pour se rendre compte qu’il était primordial de le mesurer. Enfin… d’en mesurer des kilomètres de manière systématique. Car pour ce qui est des mesures prises sous les couvertures par les ados inquiets, exagérées dès le lendemain dans les vestiaires de gym… J’imagine bien que l’éphèbe boutonneux n’est pas devenu crétin hier…

Toujours est-il qu’à cause de ce manque d’initiative scientifique, nous ne saurons jamais si nos ancêtres les Gaulois étaient mieux ou moins bien équipés que les grognards de Napoléon.

Moins 10% en 60 ans !

Immense perte pour le décryptage de l’histoire, car je présume depuis longtemps, sans la moindre preuve je dois le reconnaître, que la pugnacité des femmes et hommes de pouvoir est très liée à l’intensité de leurs envies sexuelles. Qui sont par ailleurs elles-mêmes alimentées par le sentiment de toute-puissance que procure le pouvoir. Un serpent qui se mord la queue, risquerai-je. Cette sensation aphrodisiaque est certainement la même que l’on soit chef(fesse) de service (oui ordinairement je ne suis pas fou de l’écriture inclusive, mais dans ce cas précis, le pouvoir érotique du rajout prend le dessus) ou présidente de la République. L’effet dopant du poste tenu n’étant qu’affaire d’adéquation entre les ambitions qu’on pense pouvoir s’autoriser et ce que l’on a finalement réussi à atteindre.

Seulement maintenant on sait. Et on aurait préféré ne pas savoir finalement. Car les nouvelles sont mauvaises. Moins 10 % en 60 ans !

Des perturbateurs endocriniens qui viendraient malmener la distribution d’hormones lorsque le corps humain est en pleine croissance… Les mêmes substances responsables de cancers, de malformations et de toutes ces sortes de réjouissances, dont on a récemment beaucoup parlé avec la réautorisation du glyphosate en Europe. L’obésité, qui concerne 18 % des sujets étudiés, serait un autre facteur du raccourcissement de la chose, influençant négativement la production d’hormones à l’adolescence. Il semblerait que la longueur du pénis soit inversement proportionnelle au surpoids de nos années de croissance. En résumé : « Mange bio, tu seras moins gras, il sera plus gros. » (Toute agence de pub souhaitant que je réfléchisse à une campagne percutante pour le label bio peut me contacter au journal.) Mais là où les hommes sont réellement poissards, c’est que, nous, on rétrécit, quand les seins gagnent en bonnets à cause de ces mêmes perturbateurs ! Vraiment pas de bol !

Devenez écolosexuel !

Déjà, il y a un peu plus de 2 millions d’années, dans les forêts d’Afrique de l’Est, l’homme a perdu l’os de son pénis pour s’adapter à l’évolution du vagin (avec le redressement de la stature, celui-ci a basculé en avant, s’est allongé et approfondi, et nous bêtement, on a suivi…). Pour que notre sexe s’adapte à la nouvelle longueur, on a dû jeter notre os. On aurait pu le garder, toujours prêts, jamais de pilules bleues.

Mais non. On a voulu faire les galants, on a voulu faire plaisir. L’homme lambda est vraiment trop bon. Je suis sûr que Weinstein, il aurait gardé son os, lui ! Et maintenant voilà qu’en plus, on perd des centimètres ?!

Et pire encore ! Comme, à l’inverse, notre hauteur croît, le ratio entre la taille de l’homme et celle de son pénis est définitivement en défaveur d’une tendance roccosiffredienne de notre évolution. Pour le dire en des termes moins choisis : si pendant qu’on grandit notre zizi rétrécit… on a de plus en plus l’air d’avoir une nouille façon mini-tortillon en guise d’instrument de plaisir. Effet d’optique certes, mais le marketing est déterminant dans le choix du produit, non ? (Je répète, toute agence de pub, etc.)

Alors que faire pour remédier à cette inexorable décrépitude ?

Militer contre les perturbateurs endocriniens, les multiples dangers de l’agriculture industrielle, pesticides et autres toxiques, qui dérégulent eux aussi la distribution d’hormones, élevage en batterie et toutes ces pratiques dont on découvre qu’elles ne réduisent pas seulement le coût de la vie. Devenir écolosexuel quoi. Si vous ne le faites pas pour la planète, faites-le au moins pour votre quéquette.

Janvier 2018 - #53

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Pour une laïcité ouverte… à notre identité !
Next article Les trois théories féministes les plus absurdes
est cinéaste et scénariste. Il a notamment réalisé La journée de la jupe (2009).

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération