Faut pas prendre les fous d’Allah pour des canards sauvages. C’est nous les connards domestiqués. On n’en serait pas là si nos représentants nous avaient représentés. Faute de s’en être pris aux causes en temps utile, ils nous font défiler contre les effets. Sans moi !

En plus, ils salopent ma copie. Moi qui voulais vous entretenir de Debray, Houellebecq et Muray – dont j’ai enfin découvert le Journal – me voilà réduit à chroniquer la bande à Kouachi. Des tueurs fous, peut-être, mais ils n’étaient même pas nés quand Giscard, Chirac, Mitterrand et les autres les ont importés. Alors, pourquoi c’est moi qu’on fait chier ?

*Photo : BALTEL/SIPA. 00665031_000080.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Basile de Koch
est chroniqueur des nuits parisiennes à "Voici" et du Basile de Koch est chroniqueur des nuits parisiennes à "Voici" et du PAF à "Valeurs actuelles". Il est aussi essayiste à 16h.
Lire la suite