Brèves au comptoir. Les journalistes, autant que les politiques, savent bien que le bistrot est l’un des derniers lieux où il est possible de prendre le pouls de l’époque. L’édition dijonnaise du quotidien régional Le Bien Public nous offre, chaque semaine, une délectable plongée dans les cafés, bars, rades, brasseries, zincs, estaminets, coupe-gorges et gargotes de la ville. Dans cette rubrique fort opportunément nommée « De quoi qu’on cause au zinc ? » le journal nous compile régulièrement des commentaires piquants sur l’actualité nationale et internationale.

Cette semaine Le Bien Public enquête au Monge Tout, rue Monge, à Dijon. « Après avoir revisité les droits et devoirs de la profession de journaliste et pris une nouvelle commande, la discussion reprend aussitôt mais de façon houleuse cette fois, à la simple évocation de MAM. ‘Alors celle-là, je ne la supporte pas’, commente sèchement Henry. Et son collègue de surenchérir  ‘C’est vraiment tous des incapables’ ».

Allez, remets-nous ça patron ! Et vivement le prochain reportage « arrosé » dans les pages du Bien Public, sur un bistrot dijonnais. On aime la presse quand elle sait prendre des risques ! C’est bien la peine d’aller en reportage en Afghanistan ou en Irak, quand le grand frisson est au coin de la rue, et au bout du comptoir.

Lire la suite