Home Brèves Muriel Gremillet exercera sa liberté de parole sur Sud Radio


Muriel Gremillet exercera sa liberté de parole sur Sud Radio

Les délocalisations frappent partout, y compris dans nos métiers. Ainsi notre farouche camarade vosgienne (et néanmoins de gauche, dans le sens historique et pugilistique du mot) officiait jusque là un soir par semaine dans l’excellente émission politique et polémique On refait le monde animée par Christophe Hondelatte, sur RTL (la même où Elisabeth terrorise ses confrères, là encore un soir par semaine de 19h15 à 20 h)[1. On y retrouve aussi, très régulièrement, l’exquis Rodolphe Bosselut].

RTL, c’était un débouché naturel pour Muriel Gremillet: dans ses montagnes natales, on ne supputait même pas qu’il existât d’autres stations. Mais voilà, à l’occasion d’un mystérieux mercato d’automne, notre Mumu s’est fait débaucher par un réseau originaire du Sud-Ouest, mais qui monte, qui monte… et même désormais jusqu’à Paris (99, 9 MhZ). Elle rejoindra dans les studios de Sud-Radio une figure historique de l’émetteur, le chaleureux et cultivé épicurien Michel Cardoze[2. Les amateurs d’info non lyophilisée auront remarqué que la même antenne a déjà recruté Robert Ménard depuis la rentrée.].

Tous les jours du lundi au vendredi, entre 16h et 18h, à compter de cet aprèm, Michel et Muriel (qui, rassurez-vous, continuera de sévir à Causeur ) donneront la parole aux auditeurs d’en bas (mais plus seulement du Sud) et aux personnalités qualifiées les plus diverses, sur un thème chaud bouillant d’actu genre « La crise justifie-t-elle le vol à l’étalage ? », « Faut-il parler français pour devenir Français ? », « La Poste, est-ce que ça marche ? »

Une émission où les animateurs savent écouter mais savent aussi parler, et surement pas pour recracher ce qu’il ont lu dans le journal du soir de la veille. L’émission s’appelle Liberté de Parole, et je parie que son titre ne sera pas usurpé. Ça va pulser, putaing cong !


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Portrait d’un héros français
Next article La revanche de Philippe Séguin
De l’Autonomie ouvrière à Jalons, en passant par l’Idiot International, la Lettre Ecarlate et la Fondation du 2-Mars, Marc Cohen a traîné dans quelques-unes des conjurations les plus aimables de ces dernières années. On le voit souvent au Flore.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération