L’Exposition universelle de Milan a aujourd’hui ouvert ses portes pour six mois de débats et de festivités autour de l’agriculture et de l’alimentation, sur lesquelles plane cependant l’ombre des manifestations annoncées par les opposants.

Freiné par de retentissants scandales de corruption, le chantier a accumulé les retards, et les ouvriers s’y sont relayé presque 24 heures sur 24 depuis plusieurs mois.

La mise en oeuvre du projet a cependant suscité de nombreuses polémiques dans le pays. Outre les scandales et les retards, certains se sont émus de la présence marquée de grandes multinationales de l’agroalimentaire parmi les sponsors et partenaires.

Dans un message vidéo lors de l’inauguration, le pape François a également plaidé pour que cette Expo soit l’occasion d’en finir avec le « paradoxe de l’abondance » qui conduit plus au gaspillage qu’à la solidarité.

Evoquant « les visages des millions de personnes qui aujourd’hui ont faim », le Pape a demandé à chaque visiteur de « sentir la présence de ces visages, une présence cachée mais qui en réalité doit être la vraie protagoniste ».

La principale inconnue pesant sur la réussite de la journée concerne le « May Day », la manifestation du mouvement citoyen No Expo et d’autres militants qui ont commencé à se rassembler dans une ambiance festive en début d’après-midi pour défiler dans la ville, où l’on redoute des débordements.

Les No Expo, qui dénoncent le gaspillage d’argent public et le recours à des travailleurs précaires et à des bénévoles, ont mené hier leur première action avec une manifestation étudiante qui a donné lieu à quelques incidents.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite