Tout le monde se souvient avec effroi des « emplois jeunes » lancés par Martine Aubry en 1997. Celle qui n’était pas encore patronne du PS s’était mise en tête à l’époque de développer – en direction de la jeunesse – des métiers « nouveaux » dédiés « aux services aux personnes, à l’environnement, à la qualité de vie ». Gardons-nous charitablement de nous gausser à nouveau de ces « agents d’ambiance », « correspondants de quartiers », « auxiliaires pédagogiques » et autres « agents de proximité »… qui ont déjà fait rigoler la terre entière, et appartiennent déjà à l’histoire.

La nouveauté, c’est que l’Australie semble avoir racheté le copyright Martine Aubry et lance à son tour des « emplois jeunes » aussi délicatement débiles que « goûteur de bière », « ramasseur de crottes de kangourous », « chasseur de koalas », « juge pour des concours Miss-plages », « décorateur pour abris à pingouins », etc…

Sauf que là, le ridicule ne tue pas : Il s’agit d’un coup de pub en forme d’opération-séduction loufoque, lancé par l’Etat d’Australie-Méridionale (une région passablement désertique dont Adélaïde est la capitale) en direction des jeunes diplômés britanniques susceptibles de s’expatrier. Elle a pour ambition de leur proposer – nous apprend l’AFP – un « équilibre entre travail et loisirs ». Du coup, il est permis de regretter que Martine Aubry ait manqué à ce point d’imagination – et de créativité – à l’époque du lancement des emplois jeunes en France. Espérons qu’elle saura s’inspirer de ce tonitruant exemple australien si elle revient un jour aux affaires, même si on suppute que la rigolade est aux antipodes de ses préoccupations.

Lire la suite