Accueil Politique Laissons-les se marier !

Laissons-les se marier !

Laissons-les se marier !

mariage taubira barjot

D’accord, on n’a pas eu de chance. L’engagement présidentiel du mariage pour tous a été quasiment le seul auquel François Hollande s’est accroché corps et âme et qu’il a refusé d’infléchir ou de supprimer sous le poids des contestations.
Bien sûr, même si on a beaucoup débattu, je ne suis pas sûr que les opposants à ce bouleversement de société (sans le qualifier) aient été traités sur un pied d’égalité par rapport à ses partisans.
Paradoxe, d’ailleurs, pour les tenants de la cause homosexuelle qui n’ont cessé de justifier leur désir d’union au nom du concept d’égalité qui, pour être opératoire et valide, aurait dû concerner des situations elles-mêmes comparables.
À l’évidence, le mariage pour tous est venu comme un cheveu incongru sur la soupe démocratique alors que tant de problèmes et de vraies tragédies préoccupaient l’esprit public. Il ne pouvait que diviser quand le président avait aspiré à nous rassembler.
On doit déplorer les scandaleuses violences ou les discours haineux à l’encontre de quelques homosexuels. Le simple fait d’avoir placé l’homosexualité et ses revendications au centre de l’espace public a, comme il était prévisible, libéré une parole de mépris et a facilité, à cause du combat politique et sociétal, des outrances et des discriminations par le verbe et l’action.
J’ai été aussi très choqué qu’à rebours, les citoyens de bonne foi sincèrement et légitimement inquiets devant cette révolution soient immédiatement insultés comme homophobes, notamment par un Pierre Bergé qui voudrait constituer son intimité et ses orientations comme obligatoires pour tous.
Il y a eu les séances à l’Assemblée nationale où Christiane Taubira a connu une parenthèse magique entre un garde des Sceaux verbal et un ministre de la Justice inactif.
Le Sénat vient de voter l’article premier du projet de loi consacrant le mariage pour tous.
C’est fait, il est là, quasiment palpable et demain, on fréquentera des couples homosexuels comme avant mais ils seront mariés. Le changement sera plus pour eux que pour nous. Fusionnels par grâce législative.
On aurait pu trouver probablement un autre nom pour cette même avancée et conserver l’appellation du mariage pour ce qui semblait jusqu’à aujourd’hui la norme naturelle et culturelle.
Les opposants au mariage pour tous ont manifesté à plusieurs reprises, on les a entendus, leurs slogans sont dans beaucoup de têtes, on s’est ému des violences policières inutiles à leur encontre, on perçoit que leur lutte n’est plus seulement dirigée contre le mariage gay mais vise François Hollande et sa politique. L’extrême droite se retrouve à l’aise dans ce changement de cap.
Frigide Barjot, héroïne conjoncturelle, a été utile, elle a coalisé, conjugué, entraîné, stimulé mais je voudrais lui suggérer maintenant de se faire discrète si elle le peut. Sinon, peut-être, se rendra-t-on compte que sa personnalité, son look et ses méthodes sont au fond désaccordés avec la masse apparente de ses soutiens. Il me semble qu’il y a un fair-play républicain maintenant à respecter. Pour ma part, j’aurais détesté une telle fronde longuette et stérile si la droite honorable en avait été victime de la part d’une gauche monomaniaque.
Une accalmie est d’autant plus indispensable que si le président a été dans cette empoignade un instigateur, il sera aussi un frein pour la suite, notamment à l’égard des conséquences dangereuses qui pourraient suivre le mariage pour tous. Je considère que nous avons la mission citoyenne de l’aider dans cette entreprise de retenue et de modération au lieu, aujourd’hui, de continuer à lui « pourrir la vie » par des joutes lassantes puisque l’essentiel est acquis et que seul l’avenir devrait nous importer.
J’attire surtout l’attention et la sensibilité des adversaires du mariage homosexuel, dont j’étais et demeure conceptuellement, sur le fait qu’en l’occurrence nous ne confrontons pas des idées, sans doute des visions de la société, mais que surtout nous prenons parti contre une part non négligeable de notre communauté nationale. Contre des hommes et des femmes que leurs orientations distinguent de nous et que notre hostilité peut offenser bien plus profondément que ne pourrait le faire telle controverse intellectuelle ou politique.
C’est la raison pour laquelle j’ai exprimé, comme j’ai pu, mon point de vue négatif sur cette donnée aujourd’hui acquise mais que je ne suis pas allé manifester pour crier, en définitive, contre une humanité différente, des compatriotes, des amis, d’autres citoyens.
Il y aurait de l’élégance maintenant à cesser la guérilla. Ce ne serait pas de la lâcheté mais de l’intelligence. Ce n’est pas notre faute si le Pouvoir, dans une précipitation autoritaire en relation directe avec sa chute dans les sondages et la relative désaffection du sentiment collectif à l’égard de cette réforme « sociétale », a refusé d’en faire preuve et a évidemment encore plus amplifié l’opposition multiforme au mariage pour tous. Ce ne doit pas être une raison pour tomber dans la déraison et confondre l’entêtement de plus en vindicatif puisqu’il se sait désespéré avec la lutte démocratique.
L’intelligence a le droit, également, d’être pour tous. Même s’il y a des exceptions contre lesquelles on ne peut plus rien.

*Photo : Gongashan.



Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !

Article précédent La rue aboie et la flexibilité passe
Article suivant Lettre à mon frère Karl Zéro
Magistrat honoraire, président de l'Institut de la parole, chroniqueur à CNews et à Sud Radio.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération