Home Brèves Mariage gay : la fin de toutes les contradictions existantes


Mariage gay : la fin de toutes les contradictions existantes

Au risque de choquer mes confrères mal-pensants, j’applaudis des deux mains la pétition lancée par Harlem Désir en faveur du mariage et de l’adoption pour tous. Puisqu’il n’y a plus ni cause ni peuple, à quoi bon faire semblant ? À la différence de son frère ennemi Cambadélis, le Premier Secrétaire du PS n’a plus rien à prouver pour se tailler une parfaite conscience morale de gauche. Comme Jacques Brel dans L’Aventure c’est l’aventure, à qui l’on doit la formule mémorable : « de Marx nous avons surtout retenu la notion de capital », Désir souhaite hâter la chute de la société libérale en accélérant son développement. Du marxisme, le fondateur de SOS Racisme a surtout retenu la fin de toutes les contradictions existantes, tel un Badiou détournant le message de Saint Paul à des fins totalitaires.

Ainsi, bientôt,  il n’y aura plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni homme libre, ni homme ni femme. Nous serons tous des transgenres cosmopolites au vote universel. Lorsque le mot race aura été supprimé de la Constitution, la Procréation médicalement assistée ajoutée aux droits fondamentaux du citoyen, le bonheur pourra enfin advenir ici-bas.

Mais ne riez pas. Si la Gestation Pour Autrui fait encore débat à gauche, il n’y a guère qu’une petite trentaine de députés réactionnaires encartés au PS pour refuser de voter la PMA , au prétexte qu’on ne badine pas avec le vivant et la parentalité.

En attendant les jours où PMA et GPA assureront l’égalité de tous – vite, un ventre, je veux un enfant ! – vous pouvez vous créer une identité sexuelle transitoire avec les accessoires disponibles sur le marché. Voilà ce qu’avaient imaginé il y a quelques années les scénaristes de la série Le Bureau, adaptation française de The Office, sur Canal + :

J’aperçois votre regard consterné. Oui, c’est fin et ça se mange sans faim. Comme l’innocence perdue d’un enfant sans père, ni mère…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Mon curé chez les Rmistes
Next article Cinquante nuances de plaisir
est journaliste.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération