Conférence d'Emmanuel Macron à la New York University, 5 décembre 2016

Macron et la culture

Emmanuel Macron veut en finir avec le vieux clivage droite/gauche et rassembler autour de lui les progressistes, à quelque camp qu’ils appartiennent, contre les conservateurs de tous bords. Qu’est-ce que le progrès pour l’homme qu’Alain Minc, Pierre Bergé, Jacques Attali et Xavier Niel voudraient nous voir élire ? C’est multiplier les start-up, ubériser le marché du travail, faciliter les trajets en autocar, développer dans les banlieues le désir d’être milliardaire et autoriser, pour stimuler la consommation, la pose de panneaux publicitaires dans les villes de moins de 10 000 habitants.

Il y a quelques jours à Lyon, ce progressisme s’est enrichi d’une dimension culturelle. Macron a dit ceci : « Et notre culture ne peut plus être une assignation à résidence identitaire : il n’y a pas la culture des uns et la culture des autres. Il n’y aurait pas cette formidable richesse française qui est là, dont on devrait renier une partie. Il n’y a d’ailleurs pas une culture française, il y a une culture en France. Elle est diverse, elle est multiple. Et je ne veux pas sortir du champ de cette culture certains auteurs, musiciens, artistes, sous prétexte qu’ils viennent d’ailleurs. » Les conservateurs défendent la culture française, les progressistes célèbrent la culture en France. Autrement dit, pour ceux qui se retrouvent sous cette bannière, la France n’est plus une histoire, la France n’est plus même un pays, c’est un pur espace. L’espace-France accueille la diversité et sur cette diversité des goûts, des pratiques, des musiques, des origines, nulle antériorité ne saurait prévaloir, nulle hiérarchie n’est en droit de s’exercer. Tout est égal et puisque tout est différent, tout est pareil.

A lire aussi >> Macron, prophète de bonheur: l’homme qui voulait plaire à tout le monde

De « français » à « en France », il y a la distance qui sépare une nation d’une société multiculturelle. Au nom du progrès, Emmanuel Macron nous invite à franchir ce pas. Au lieu de s’inquiéter de la désintégration française qui se produit sous nos yeux, il l’accompagne, il la conceptualise, il en

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Alain Finkielkraut
philosophe et écrivain.Dernier livre paru : La seule exactitude. (Editions Stock).