Être un nouvelobs une fois dans ma vie, est-ce possible ?
J’aimerais, moi aussi, ironiser élégamment sur mon aliénation constitutive, sur mon propre fétichisme de la marchandise et sa réification par les forces obscures du marché, puis choisir une destination lointaine dans les pages « Voyage » de mon hebdomadaire préféré. Je voudrais, à mon tour, me sentir mondial, entendre pousser la globalité dans ma tête, parler à la manière de Frédéric Martel, considérer la langue française comme un sabir de transition à l’usage des geeks vieillissants et développer des concepts infantiles sur le mode 2.0 ; me rendre à un concert de Zazie, me mêler à son public de communicants très sympa, y exprimer mon bonheur en sautant sur place et en plaçant ma main devant ma bouche ouverte, dans une communion extatique avec la salle ; entendre jusqu’au bout une allocution de Cécile Duflot sans rire, une déclaration de Mme Voynet sans pleurer ?

Lire la suite