L’annonce de la prochaine renonciation du pape Benoit XVI a provoqué une secousse mondiale sans précédent et alimente désormais toutes les spéculations. Le successeur de Ratzinger ouvrira-t-il le mariage aux prêtres et aux homosexuels ? Les femmes accèderont-elles à la prêtrise ? L’Eglise cessera-t-elle enfin sa lancinante leçon de morale sur le sexe ? L’avortement arrêtera-t-il d’être considéré comme un crime ? Le divorcé sera-t-il le fils prodigue ?

De nombreux noms circulent ici et là, certains à consonance européenne, d’autres africaines ou encore asiatiques. Chacun y va de son petit commentaire, surtout ceux qui ne se réclament pas de cette grande chapelle. On voudrait un noir mais sans son conservatisme, un Brésilien mais alors défenseur de la théologie de la libération, un italien mais avec une fibre libérale à la Monti, un Indien pourvu qu’il ne renie rien des aphorismes du désir exposés par Vâtsyâyana.

Si les équipes de Causeur savent y faire en prédication, la prédiction ce n’est pas encore pour maintenant. À défaut de pouvoir vous donner le nom du prochain évêque de Rome, nous avons pu recueillir en exclusivité la ligne de conduite à laquelle il se tiendra, et croyez-moi, c’est effrayant. Car en laissant quelques oreilles entre les colonnes de la chapelle Sixtine et en soudoyant les cardinaux dont on connaît l’attrait pour les deniers, que n’apprend-t-on !

Le 266ème successeur de Saint Pierre serait un proche de Benoit XVI mais aussi de Jean-Paul II, deux personnalités à qui on ne peut prêter un progressisme effronté. Il entendrait conduire les affaires de l’Eglise dans le sillage de ses prédécesseurs, serait farouchement attaché aux dogmes et radicalement opposé à l’avortement, à l’euthanasie et au mariage homosexuel. Un prélat qui a souhaité taire son nom nous informe aussi que le nouveau pape ne changera en rien la position du Vatican sur le divorce ou la prêtrise des femmes. Les plus pessimistes racontent même que le préservatif restera à l’Eglise ce que le sac plastique est aux écologistes.

Blanc sur blanc, rien ne bouge.

Lire la suite