Le général d’armée aérienne Jean Fleury a été conseiller militaire de François Mitterrand (1987-1989) puis chef  d’état-major de l’armée de l’air (1989-1991) notamment lors de la  première guerre du Golfe. Outre son dernier ouvrage, La France en guerre au Mali, le général Fleury a publié Les Guerres du Golfe (2009) et Le Bourbier afghan (2011).

Causeur. Votre livre dresse le tableau de quarante ans d’activités militaires françaises de très basse intensité dans une zone qui s’étend de la Mauritanie au Niger. En intervenant de façon plus massive dans les conflits internes au Mali et plus encore en Libye,  avons-nous contribué au chaos de toute la région ?

Général Jean Fleury. La chute de Kadhafi a eu des conséquences contradictoires, à la fois positives et négatives, sur la région. D’un côté, elle a fait disparaître un élément perturbateur puisque Kadhafi n’hésitait pas à provoquer des soulèvements au Mali et au Niger pour s’arroger un rôle de médiateur en Afrique. Le problème targui[1. Touareg.], cependant, n’est pas né avec Kadhafi puisque la première révolte touarègue s’est déroulée au Mali en 1962, peu après l’indépendance. D’un autre côté, afin de créer un grand État targui au Sahara[2. Kadhafi voulait créer une grande fédération africaine et supprimer la cinquantaine de pays créés selon lui par les colonisateurs. Dans le cadre de cette fédération, les Touaregs auraient eu leur propre Etat.], le dictateur libyen avait mis sur pied une légion islamique majoritairement composée de Touaregs. Après sa chute, ces mercenaires sont revenus dans leurs pays d’origine avec armes et bagages, armes surtout. Le gouvernement provisoire de Tripoli a alors demandé l’aide de l’OTAN pour endiguer ce trafic. En vain. Grâce à la mollesse des Occidentaux, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) a hérité de combattants bien équipés. Pendant ce temps, l’argent versé pour la libération des otages européens enrichissait les caisses d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Les ingrédients de la crise étaient réunis.
 

Jean Fleury, La France en guerre au Mali, les combats d’AQMI et la révolte des Touareg, éditions Jean Picollec, 2013.

*Photo : Rebecca Blackwell/AP/SIPA. AP21432785_000042.

Lire la suite