Quantcast
Home Société Kanye West, nouveau coup de folie ou de génie ?


Kanye West, nouveau coup de folie ou de génie ?

Le rappeur Kanye West a fait une sortie remarquée lors de la dernière Paris Fashion Week

Kanye West, nouveau coup de folie ou de génie ?
Le rappeur Kanye West © zz/Patricia Schlein/STAR MAX/IPx/AP/SIPA

Lors d’un défilé de mode, le rappeur américain, Kanye West, vient de s’afficher avec sweat-shirt sur le dos duquel on lisait : “WHITE LIVES MATTER”. Un Blanc n’a pas le droit d’exprimer un sentiment pareil, un Noir non plus, paraît-il.


L’Américain Kanye West, considéré unanimement comme un des rappeurs les plus doués de sa génération et même de toute l’histoire de son art, est également souvent moqué pour ses positions publiques. Le défilé surprise de sa marque de streetwear Yeezy à Paris lundi 3 octobre au cours duquel il a arboré un sweat-shirt avec l’inscription “White Lives Matter” ne va rien arranger à l’affaire…

Après avoir attiré l’attention en défilant dans une tenue martiale et dans la boue pour Balenciaga, dimanche durant la Fashion Week parisienne, il va certainement davantage faire le buzz des deux côtés de l’Atlantique avec cette nouvelle provocation.

Le mouvement Black Lives Matter, créé en 2013 aux États-Unis contre le « racisme systémique » et les violences policières, a pris une ampleur mondiale en 2020 suite à la bavure criminelle qui a provoqué la mort de George Floyd. Devenu slogan incritiquable du progressisme américain, que cela soit dans les manifestations de rue ou par le tout Hollywood, et même par les plus grandes marques qui cherchent d’habitude plus de consensus et de neutralité politique, Black Lives Matter a accompagné la dérive woke et de cancel culture états-unienne, par la suite occidentale.

Au nom de ce mantra racialiste, on a pu voir des campagnes de lynchage public dans les universités, les médias, les entreprises, jusqu’aux séances hallucinantes au cours desquelles des personnes blanches ont dû s’agenouiller pour expier leur statut de privilégiés.

Il est impossible de voir dans le geste de Kanye West une adhésion aux thèses des suprémacistes blancs et néo-nazis qui ont fait leur le contre–slogan de “White Lives Matter”. Beaucoup y verront par contre une nouvelle preuve de son « instabilité mentale » comme dans les commentaires de sa pathétique tentative de lancement de campagne présidentielle morte-née lors d’une conférence de presse de la star en pleurs avec des propos assez incompréhensibles.

À lire aussi : Plan 75 : l’euthanasie, en gros, ça marche…

Cela confirmera ainsi la position des élites progressistes américaines qui, comme le rappelle Bret Easton Ellis dans son livre White (Robert Laffont, 2019), sont littéralement tombées sur lui après des propos pro-Trump et une invitation à la Maison Blanche :

« C’était à cause de ça que Kanye avait été étrillé dans tout le paysage médiatique et traité de « Noir de pacotille » et de « salaud avide d’attention », qui devait être « hospitalisé », et ce qui était arrivé à Kanye était « ce qui arrive quand un Noir ne lit pas de livres » – déclarations des présentateurs de CNN et de MSNBC. »

Oui, avec son coup d’éclat parisien lundi, et davantage en affirmant le lendemain sur son compte Instagram que : « Tout le monde sait que Black Lives Matter était une arnaque. Maintenant c’est fini. De rien », Kanye West remet une pièce dans la machine des critiques sur sa santé mentale, son positionnement politique, et même sa prétendue traîtrise raciale. Car pour les autoproclamés progressistes, un Noir agissant comme le fait Kanye West ne peut être que fou, calculateur ou traître.

Pourtant, si le message n’était rien d’autre que « Bien sûr Black Lives Matter, mais aussi White Lives Matter et en fait surtout All Lives Matter » ? Car déjà en 2016, en étant le seul artiste Noir de renom à afficher son soutien à Trump, Kanye West a provoqué ses concitoyens mais surtout, toujours d’après Bret Easton Ellis, en voulant promouvoir : « Une idée de la paix et de l’unité, en imaginant un endroit où différentes parties pourraient s’emboîter et travailler ensemble, en dépit de vicieuses différences idéologiques ».  

Il est ainsi, par ses coups de folie et de génie, un artiste singulier dans une Amérique fragmentée, qui provoque un dépassement salutaire des clivages. Comme l’a déclaré récemment Bill Maher, animateur d’un célèbre talk-show aux États-Unis, “Real Time” : « Vous n’aimez pas réellement l’Amérique si vous en détestez la moitié de la population ».

Kanye West l’a compris. 

White

Price: 7,90 €

32 used & new available from 1,42 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Ça va mal à l’extrême-gauche
Next article Qui a tué Daria Douguina ?
Dernier essai, "Voir le pire: L'altérité dans l'oeuvre de Bret Easton Ellis remède à l'épidémie de supériorité" (Les Presses Littéraires, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération