2002

Les territoires perdus de la République.

Un travail mené par un collectif d’enseignants confrontés à la montée de la haine, de la bêtise, de l’obscurantisme, de l’antisémitisme… Des lanceurs d’alerte.

Raciste, islamophobe, stigmatisant, amalgamant, colonialiste… Toutes sortes de qualificatifs furent crachés sur ce travail.

Sauf un : constat.

Cette année-là, Mohamed Merah avait 14 ans et était scolarisé au collège du Fer-à-Cheval, à Toulouse.

2003

Alain Finkielkraut publie Au nom de l’Autre, réflexion sur l’antisémitisme qui vient, un essai sur la résurgence d’un antisémitisme inattendu. Hier Céline et Drumont, aujourd’hui les antifascistes, les anti-impérialistes… bref de cette gauche et de cette extrême gauche qui ont été maintes et maintes fois l’honneur de la politique.

« Il faut du courage pour porter une kippa dans ces lieux féroces qu’on appelle cités sensibles et dans le métro parisien : le sionisme est criminalisé par toujours plus d’intellectuels, l’enseignement de la Shoah se révèle impossible à l’instant même où il devient obligatoire, la découverte de l’Antiquité livre les Hébreux au chahut des enfants, l’injure « sale juif » a fait sa réapparition (en verlan) dans presque toutes les cours d’école… »

Raciste, islamophobe, stigmatisant, amalgamant, colonialiste… Toutes sortes de qualificatifs furent crachés sur ce travail.

Sauf un : constat.

Cette année-là, Mehdi Nemmouche avait 15 ans et comptait déjà à son palmarès plusieurs cambriolages, un vol et un recel. Et l’agression d’une enseignante, « avec usage ou menace d’une arme », à Tourcoing.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager
Jean-Paul Lilienfeld
est cinéaste et scénariste.Il a notamment réalisé La journée de la jupe (2009).