Lu sur Slate : « Vous pensiez les parties intimes du corps féminin libres et indépendantes? Erreur. Par les termes choisis pour les définir, elles sont elles aussi l’incarnation de la domination patriarcale… » 


 

En mai, on ne fait plus ce qui nous plaît. Pour émanciper les femmes à marche forcée, le journal en ligne Slate n’a rien trouvé de mieux que d’appeler à rebaptiser les parties génitales féminines. Car, ô scandale, le corps féminin serait depuis la nuit des temps le terrain de jeu de phallocrates qui ont donné « des noms de dieux mythologiques ou de vieux anatomistes blancs à la zone du bassin féminin ». Contre cette injustice millénaire, la physicienne australienne Leah Kaminski et la professeure de sciences cognitives américaine Lera Boroditsky pressent les esprits éclairés de trouver un autre nom au vagin, à l’utérus et autre clitoris. Il paraît que « les mots liés au sexe dans l’anatomie sont faits pour l’hétéronormativité et une idée du sexe uniquement basé sur la reproduction ». Exemple éloquent, le clitoris vient du grec kleitoris, dont l’étymologie désigne la pièce qui sert à fermer

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2019 - Causeur #69

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite