Le site Acrimed jouit d’une réputation en titane dans les cercles supposés subversifs, allez savoir pourquoi… Oui mais moi, je sais pourquoi. C’est parce que la plupart de ceux qui le révèrent ne le lisent pas. Et quand, par hasard, ils le lisent, et ben, comme vous et moi, ils rigolent…

Un copain bolcho maintenu a ainsi signalé à mon attention un article du site susnommé d’« observation des médias ». J’imagine qu’en me postant ce lien, il souhaitait que j’observe à mon tour les observateurs. Et comme l’esprit de Noël est là, je ne pouvais lui refuser ce cadeau.

L’article en question, signé de Julien Salingue, porte sur la réaction des grands médias après que « Le Tribunal de l’Union Européenne a annulé, le 17 décembre, l’inscription du Hamas sur la liste des organisations terroristes de l’UE ». Factcheckeur à donf, Julien précise d’emblée qu’il s’agit d’«une décision que nous ne commenterons évidemment pas ». Evidemment, Julien, évidemment. Mais alors quoi ? Eh bien cette décision d’annulation l’intéresse « dans la mesure où les grands médias français l’ont rapidement relayée sur leurs sites Internet ». Bigre, on imagine à ce stade du récit que le contempteur va contempter le traitement partial de cette info par les médias capitalisses… Eh ben même pas. Il le reconnaît lui-même, ces articles sont « en général très factuels, sans appréciation positive ou négative de la décision de la justice européenne» . Mais alors, doc, où est le blème ? Eh ben voilà : ce qui a heurté la sensibilité exacerbée de Julien c’est que dans tous ces articles, « l’iconographie semble dénoter un certain parti pris ».

Pour étayer son propos, Julien l’observateur n’hésite pas à joindre l’image à la parole, et publie des captures d’écran comme celle-ci de Libération.fr

libe hamas

Ou encore comme celle-là, extraite du site d’Ouest France

ouest france hamas

Et pis encore celle-là, en provenance de TF1-LCI

tf1 hamas acrimed

Au total, une dizaine de sites sont épinglés pour cause de parti-pris de l’infographie car, explique Julien « le Hamas est une organisation politique qui possède certes une branche armée, mais la lutte armée n’est qu’une des facettes des activités du mouvement qui, rappelons-le, est majoritaire au parlement palestinien et a dirigé le gouvernement à Gaza durant sept ans. » Bon, en vrai, il le dirige encore, mais on va pas chipoter Julien sur une banale affaire de concordance des temps, c’est Noël, hein.

Donc dépeindre le Hamas comme des méchants, c’est mal. On aurait pu, par exemple, nous dit Julien, illustrer ces articles avec des portraits « d’Ismail Haniyah, le dirigeant le plus connu du mouvement » ou encore avec des photos « de centres sociaux, de dispensaires ». Pas mal, Juju, pas mal. Mais suffira-ce à gommer l’image honteusement déformée que donnent du Hamas les médias aux ordres de la propagande impérialisto-sioniste ?

In my opinion, seul un virage à 180 degrés peut ramener l’opinion française à la raison et déminer concomitamment les risques de stigmatisation. Moi, plutôt que des images ennuyeuses « de centres sociaux », ou « de dispensaires », j’aurais plutôt suggéré une iconographie réparatrice, qui gomme peu à peu les milliers d’images diffamatoires publiées sur le Hamas. Le genre :

LE HAMAS RETIRE DE LA LISTE DES ORGANISATIONS TERRORISTES DE L’UE

antoine watteau hamas

Ou encore :
L’UE RETIRE LE HAMAS DE LA LISTE DES ORGANISATIONS TERRORISTES

panda hamas

Ou bien encore :
LE HAMAS SALUE SON EXCLUSION DE LA LISTE TERRORISTE DE L’UE

naked hamas

Certes, on pourra m’objecter que malgré leur souci louable de dédiabolisation, ces images pourraient choquer les observants d’une certaine religion, mais bon, restons cools, les mecs, c’est Noël !

*Photo : The Israel project.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Marc Cohen
est rédacteur en chef de Causeur.est rédacteur en chef de Causeur. Pilier du Groupe d’Intervention Culturelle Jalons, il a notamment été rédacteur en chef de "L’Idiot International ".