Je ne sais pas si Gérard Lanvin a lu le dernier numéro de Causeur (n°55), mais en tout cas sa vision des choses rejoint souvent celle de maints contributeurs du magazine. Ainsi celui qui est à la fois la plus belle gueule et la plus grande gueule du cinéma français n’hésite pas, dans une interview à Nice-Matin  à appeler un chat un chat : « Les gens qui défendent Gérard moi je les estime, je déteste les délateurs donc Philippe Torreton. »

On aura deviné que le Gérard dont parle ici Gérard, c’est Depardieu. Un Depardieu dont la « ouferie », dit-il, n’est un scoop pour personne et qui plus est bénéficie des droits et libertés que notre Constitution est censée garantir à chaque citoyen français :« Il a le droit de faire ce qu’il veut, c’est un homme libre, on est en démocratie, il a le droit d’aller où il veut »

Est-ce à dire que Gérard n°1 partage les options géopolitiques et poutinophiles de Gérard n°2 ? Pas totalement : « Il devrait faire attention à qui il dit les choses, il nous fait croire qu’il est dans un pays cool, démocratique en faisant des photos avec des mecs un peu louches quand même. »

En revanche, quant au fond de l’affaire, c’est-à-dire les 75 %, Lanvin soutient Gégé à 100% : « 75 % est une taxe excessive, qui a été reconnue excessive par le Conseil constitutionnel, a-t-il ajouté. On a toujours payé des impôts parce qu’on sait que c’est nécessaire et que moi j’aime les autres. Mais de là à me prendre pour un con… »

Lire la suite