Ah, ce débat du second tour ! Si Marine Le Pen était propriétaire d’une Delorean qui voyage dans le temps, elle le referait autrement. Elle s’y montrerait apaisée, présidentiable ; elle s’imposerait comme le futur chef de l’opposition. Mais nous ne sommes pas dans Retour vers le futur. Il n’y a pas de Delorean. Et Marine Le Pen est plus affaiblie qu’elle ne l’a jamais été alors qu’elle a, paradoxalement, obtenu 10,6 millions de voix sur son nom, soit un record pour un candidat soutenu par le Front national (FN).

Il y a d’abord eu le départ de Marion. Marion qui veut vivre autre chose que la politique. Mais qui laisse entendre clairement, qu’elle veut surtout vivre autre chose que la politique à l’intérieur d’un parti où elle n’est pas reconnue à sa juste valeur. Et qui prend date. Le sous-texte est clair : je reviendrai lorsque l’horizon sera bien dégagé et que ma tante aura démontré qu’elle constitue une impasse pour représenter mes idées.

Et s’il privait le FN d’un groupe à l’Assemblée?

Ensuite, il y a eu Florian Philippot. Le stratège. Son stratège. Celui avec qui elle a tout construit, depuis son accession à la présidence du parti en janvier 2011. Florian Philippot qui se sent fragilisé au point de mettre sa démission dans la balance en cas d’abandon de ce qu’il considère comme central dans son combat, le retour à la monnaie nationale. Florian Philippot qui crée son mouvement à l’intérieur du FN, qui fait d’un transfuge de Debout La France (DLF) un vice-président, et qui s’attire les foudres de Collard – ce n’est pas grave, il a l’habitude – mais aussi – c’est plus gênant – de Nicolas Bay, secrétaire général, de Jean-Richard Sulzer, cadre du parti, et de Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen. Florian Philippot a compris que cette dernière n’était plus en position de faire taire la mauvaise humeur qu’il suscite depuis des mois au sein du FN. Il y est impopulaire. Très impopulaire. Et son comportement cassant en est sans doute davantage la cause que la question de l’euro. Après tout, la remise en cause de la monnaie européenne était déjà dans le programme de Le Pen père.

>> A lire aussi: Philippot 1er, l’homme pressé – Entretien avec ses biographes

Marion Maréchal-Le Pen, elle, a la réputation d’une chic fille. Elle ne fait jamais preuve d’arrogance. Sa mise en retrait renforce même cette idée, selon laquelle, contrairement à son ennemi intime, ses dents ne rayent pas le parquet. Mais Florian Philippot a un atout dans sa manche : il a veillé à placer les siens dans nombre de circonscriptions parmi les plus « gagnables ». Les sondeurs prévoient 25 à 30 sièges FN le soir du 18 juin. Supposons que parmi eux une majorité de philippotistes se dégage. Ses ennemis oseront-ils se débarrasser de lui au risque de le voir créer son propre groupe, Les Patriotes, à l’Assemblée nationale et voir ainsi les députés FN s’asseoir sur les bancs des non-inscrits ?

La Saint-Barthélémy n’aura pas lieu… avant le 18 juin

Marine Le Pen connaît son stratège préféré. C’est pourquoi elle a tenté ces dernières heures d’envoyer des signes afin de le rassurer. Elle sait ce qui signifierait ce départ. Privée de sa nièce en embuscade et de son ex-stratège en concurrent direct, elle se retrouverait dans la situation de son père en 1998. Privée de ce qui aurait dû être ses deux piliers, l’un souverainiste, l’autre conservateur, qu’elle a été tout simplement incapable de faire travailler harmonieusement à son service. Elle a tant voulu ce duel face à Emmanuel Macron. Elle a tant voulu cette recomposition. Et voilà que la recomposition pourrait faire exploser son parti, comme elle fait exploser LR et disparaître le PS et le PCF du paysage politique. Les dés sont jetés. Le 18 juin, il faudra non seulement regarder le nombre de députés FN mais aussi le nombre de philippotistes parmi eux. De ces comptes dépendront en grande partie l’existence d’une Saint-Barthélémy frontiste à l’automne.

 

Retrouvez tous les articles de David Desgouilles sur son blog Antidote

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager
David Desgouilles
est blogueur et romancier.Responsable du blog politique "Antidote" sur Causeur.fr, il a grenouillé un peu dans la politique, surtout pendant les années 90. Derniers livres parus : Dérapage (Édition du Rocher) / Le bruit de la douche (Édition Michalon)