Plus que le critique, le comédien, le musicien et le danseur, c’est l’ouvreuse qui passe sa vie dans les salles de spectacle. Laissons donc sa petite lampe éclairer notre lanterne !


Madame Nyssen avait choisi le bon métier. Pas ministre. Éditrice. Un rapport publié le 7 mars confirme : entre 2000 et 2017, zéro Palme d’or féminine au Festival de Cannes, mais 44 prix littéraires sur 108 – presque la moitié. Un auteur ou une auteuse écrit seul.e, tandis qu’une réalisatrice ou un réalisateur donne des ordres. Les trucs relax style théâtre ou danse : 34 % de metteuses en scène, alors que les trucs à trique genre chef d’orchestre : 3 %. Moralité, rayon culture, où y’a pouvoir y’a pas parité. Et les grosses machines supervisées par Notre Ministre Françoise Nyssen sont les pires. Opéra de Paris, Philharmonie, 100 % zizi.

Censure, chantage et pied au cul

Pour que ça change, Notre Ministre a « établi une feuille de route » (depuis Jack Lang le ministère de la Culture se la joue ministère de la Défense, on y distribue des feuilles de route, on y monte au créneau, on y descend dans l’arène. Faut être au moins une femme pour tenir la cadence. Ces dix dernières années, sur six ministres de la Culture, cinq étaient de ce sexe héroïque, et encore à condition de prêter à Frédéric Mitterrand un sexe auquel lui-même ne s’accroche qu’à regret).

A lire aussi: Françoise Nyssen se prend les pieds dans la tapisserie de Bayeux

Donc, la feuille de route. Grossa moda, elle se résume à quatre consignes : censure (« veille », en dialecte local), intimidation (« obligation spécifique »), chantage (« conséquences financières sous la forme d’un “malus” pour les structu

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Causeur #57 - Mai 2018

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite