(Avec AFP) – Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a estimé lundi que son homologue de Force Ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly, avait « franchi la ligne » en l’accusant d’être « complice » de la montée du Front national. On le comprend.

« Il faut un peu de respect dans le débat syndical ou le débat politique, un peu de recul, ce qui n’a pas été le cas de Jean-Claude Mailly sur ce sujet-là », a déclaré M. Berger sur France Inter. « Je trouve qu’il a franchi la ligne ».

Après avoir rappelé qu’il n’y avait « pas d’austérité en France », mais plutôt « de la rigueur », Laurent Berger avait été accusé fin mars par le leader de FO d’être « de facto, complice » de la montée du FN.

On ne voit pas bien le rapport, mais dans la concurrence entre syndicats tous les coups sont permis, même les plus bas.

« Je maintiens qu’il y a des politiques de rigueur mais qu’il n’y a pas de politique d’austérité au sens où elle existe ailleurs en Europe », a réaffirmé M. Berger lundi, citant la Grèce, l’Espagne et le Portugal.

Au passage, il en a profité pour préciser que dans les entreprises où son syndicat « est implanté, là où la CFDT fait son travail », le vote Front national des salariés « est moins fort qu’ailleurs ».

« La question, c’est d’apporter des résultats concrets aux salariés, et pas simplement de faire du commentaire comme ça a été fait par mon homologue » (de FO), a-t-il ajouté, soulignant que le vote FN « est une impasse ».

Alors qu’il n’y aura pas de front unitaire des syndicats pour la journée du 1er mai, M. Berger a expliqué que la CFDT allait organiser un rassemblement « pour permettre à des salariés jeunes, adhérents ou non adhérents, à de jeunes étudiants, de découvrir un autre visage du syndicalisme ».

Reste à savoir si se voir accuser aujourd’hui de favoriser le vote FN fait fuir ou attire de nouveaux adhérents. A ce jeu-là, il n’est pas certain que les outrances de Jean-Claude Mailly lui profitent en fin de course.

FO CFDT FN

*Photo : ©afp.com / Stephane de Sakutin

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite