Quelqu’un a peut-être regardé cette série : Designated Survivor. L’histoire : des terroristes ont fait sauter le Capitole. Pas de survivants ! Le président, le vice-président, tous les membres du Congrès, tous morts.

Sur la liste des successeurs, le « designated survivor », bref celui qui va être président totalement par défaut, puisque tous ceux qui étaient avant lui sur la liste sont morts. Et c’est un obscur secrétaire d’état au Logement qui va être désigné, alors même qu’il s’était fait virer de son poste la veille par le président. Interprété par un Kiefer Sutherland plus vrai que nature, ça déménage, magouilles, complots, etc. Un truc à dormir debout au boulot le lendemain parce qu’on n’a pas réussi à aller se coucher, enchaînant les épisodes avec boulimie…

 

 

Oui, la politique, c’est un sacré feuilleton. On finit par y être scotché. Un nouveau terme est né « dégagisme » inventé par un porte-parole de Mélenchon.

Ils ont tous été dégagés : Hollande, Valls, Sarkozy, Juppé et à chaque fois un « designated survivor » apparaît : Fillon et Hamon par exemple. Mais là, c’est Fillon qui va peut-être « dégager ». Que peut-il faire ? Après tout c’est humain, et si tentant. Sans penser à mal, il a mis la main dans le pot de confiture. Et ça fait quand même beaucoup d’argent de l’Etat dispensé pour pas beaucoup de travail. Il n’est pas le seul, loin de là, mais pour un homme qui promeut la rigueur, l’honnêteté ascétique, et qui ressemble à un notaire de province, le soupçon sur sa probité, si elle ne le mène pas au suicide, l’entraîne inexorablement à l’abandon de son ambition présidentielle. Bientôt la courbe se croise sur les intentions de vote par rapport à Macron, les jeux sont presque faits, son camp ne pourra plus le soutenir. Il devra prendre les devants et jeter l’éponge.

Un faux-jeune comme Baroin? Plutôt un vieux qui rassure…

Et là, il faudra un « designated survivor », et vite ! Qu’il ait le temps de faire campagne.

Juppé a déjà dit qu’au cas où, il n’irait pas. A moins qu’on le supplie, là on ne sait pas. Sarkozy a dit au revoir pour de bon.

Un bon nombre doivent déjà rechercher le successeur qui ne va pas se faire piquer la deuxième place par Macron. Balancer une sorte de faux-jeune comme Baroin me paraît faire du suivisme par rapport à Macron. Non, le « designated survivor » doit être un vieux qui rassure et qui rassemble.

Un vieux qui représente une bonne réalité confortable. Moi, il m’est venu un nom : Raffarin. De souche paysanne, manifestement honnête, exprimant une sorte de sagesse non exempte de fermeté, et pas idiot.  Et Macron aura l’air d’un blanc-bec, en fait successeur de Hollande, son « designated survivor » !

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager