Parmi les manifestants contre la réforme des retraites, Extinction Rébellion brille une fois de plus dans sa lutte contre l’« inaction climatique ». À Paris, ils s’en sont pris aux trottinettes « briseuses de grève »…


On se souvient de l’occupation illégale de la place de la République, organisée par le mouvement Nuit debout, à l’occasion des débats relatifs à la loi Travail. Trois ans plus tard, le même groupe a contribué aux festivités parisiennes par le blocage de la place du Châtelet, après avoir squatté le centre commercial Italie 2, « symbole du capitalisme » triomphant – le tout pour dénoncer l’« inaction climatique ».

Et les autorités de n’avoir rien à y redire, tant que le pacifisme de façade prévaut : le folklore des AG assis sur des bottes de paille et la recyclabilité des banderoles post-soixante-huitardes en lin bio ont presque fait oublier qu’en démocratie,

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Janvier 2020 - Causeur #75

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite