Home Édition Abonné Janvier 2020 Extinction de la raison


Extinction de la raison

Un pacifisme de façade en action

Extinction de la raison
Manifestation place de la République contre la réforme des retraites © SEVGI/SIPA

Parmi les manifestants contre la réforme des retraites, Extinction Rébellion brille une fois de plus dans sa lutte contre l’« inaction climatique ». À Paris, ils s’en sont pris aux trottinettes “briseuses de grève”…


On se souvient de l’occupation illégale de la place de la République, organisée par le mouvement Nuit debout, à l’occasion des débats relatifs à la loi Travail. Trois ans plus tard, le même groupe a contribué aux festivités parisiennes par le blocage de la place du Châtelet, après avoir squatté le centre commercial Italie 2, « symbole du capitalisme » triomphant – le tout pour dénoncer l’« inaction climatique ».

Et les autorités de n’avoir rien à y redire, tant que le pacifisme de façade prévaut : le folklore des AG assis sur des bottes de paille et la recyclabilité des banderoles post-soixante-huitardes en lin bio ont presque fait oublier qu’en démocratie, la majorité « subissante » souvent se tait, mais n’en souffre pas moins. Anne Hidalgo a même indiqué soutenir cette action militante, tandis que la ministre de l’Environnement Élisabeth Borne disait ne pas pouvoir « être contre quand les gens se préoccupent du climat », la ligne jaune restant celle de la violence.

A lire aussi: Causeur: Le niveau baisse!

En pénétrant la « ZAD de Châtelet » cet automne, on tombait nez à nez avec un amoncellement de trottinettes en libre-service sous le gardiennage prudent des forces de police postées en « réserve d’intervention ». Ce n’étaient là que les prémices de l’opération de vandalisme d’ampleur menée début décembre par la même organisation et ayant conduit à la mise hors service illégale de 4 000 de ces véhicules, sur l’ensemble du territoire.

Il faut croire que les « nouvelles mobilités » ne sont jamais assez « douces » pour Extinction Rébellion. Hors de la stricte décroissance, point de salut ! Jamais en reste quand il s’agit de récupération idéologique, l’extrême gauche militante a justifié ce sabotage en taxant ces moyens de locomotion de « briseurs de grève », permettant aux usagers de continuer à se déplacer malgré les mouvements sociaux !

À lire aussi: Extinction Rebellion: vous avez dit “non-violence”?

Janvier 2020 - Causeur #75

Article extrait du Magazine Causeur


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Onfray: “Je veux que les hommes soient des hommes, les femmes des femmes et les enfants des enfants”
Next article Un silence religieux au lycée
Docteur en philosophie de l’École normale supérieure, professeur chargé de cours à l’Essec, coauteur (avec A.-S. Nogaret) de l’essai "Français malgré eux", préfacé par Pascal Bruckner. Il publiera en 2022 "Le Statistiquement correct", au Cerf.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération