À l’occasion de la sortie de deux de ses livres: Grandeur du petit peuple (Albin Michel) et Le Chemin de la Garenne (Gallimard), Michel Onfray s’est rendu chez REACnROLL, la webtélé des mécontemporains. Causeur vous propose de lire un extrait de l’intervention.


L’intégralité de l’émission est disponible sur REACnROLL (5€ par mois). Lors de leur échange, le plus prolifique des penseurs est interrogé par Elisabeth Lévy sur la masculinité. Il évoque alors son père.

Verbatim

Elisabeth Lévy. J’observe qu’il y a une autre chose que le catholicisme qui vous a formé, c’est votre détestation de la testostérone. Vous faites dans l’un de vos livres le récit de ce qu’est une enfance au milieu hommes, des odeurs d’hommes, etc. J’avais trouvé cela très bien vu. Mais j’ai peur que vous jetiez le bébé de la masculinité avec l’eau du bain.

Michel Onfray. Pas du tout ! Je veux que les hommes soient des hommes, les femmes des femmes, les enfants des enfants, et les adultes des adultes. Mais cela ne veut pas dire qu’un homme doit être ce que je déciderais : la testostérone, le football, l’apéritif, l’anisette, la chasse, la pêche, la grossièreté, la vulgarité, le fait de ne pas voir souvent la douche, etc. Mon père était un « vir » au sens romain, je ne l’ai jamais entendu dire une grossièreté, dire une méchanceté sur autrui, il travaillait, il supportait, ne se plaignait jamais, alors qu’on est aujourd’hui dans une génération de geignards : « mes ancêtres, ma couleur, ma religion, mon sexe ! »

Elisabeth Lévy (en faisant un clin d’oeil). « Ma retraite… » Je dis ça pour vous embêter.

Michel Ondray. C’est autre chose !

OnfrayTV, soutien de la presse de droite, origines sociales, gouvernement, retraites, place des femmes, affaire Matzneff, gilets jaunes… 50 minutes d’entretien entre Michel Onfray et Elisabeth Lévy sont à découvrir sur REACnROLL maintenant.

Elisabeth Lévy. Est-ce que votre père geignait sur la retraite ?

Michel Onfray. Non. Mon père a eu un problème cardiaque. On l’a mis à la retraite par la suite. Il ne serait pas parti à la retraite, sinon. Mon père avait des vacances qu’il ne prenait pas. Et quand il lui est arrivé de prendre des vacances c’était pour aller travailler ailleurs. On faisait la saison des betteraves, mon frère, mes parents et moi. Mon père ne se plaignait pas, ne geignait pas. Il prenait ses 8 jours de congés et pendant ces 8 jours nous allions faire les betteraves pour la ferme d’à côté. Il a eu plein d’occasions de souffrir dans son existence, y compris corporellement, mais il ne s’est jamais plaint. Nous sommes dans une civilisation de la plainte perpétuelle. Certains se plaignent encore de leurs ancêtres et vont vous dire « moi je suis black, mes ancêtres il y a trois siècles étaient des esclaves donc je me plains ». Bon ça va quoi ! (…)

michel-onfrayElisabeth Lévy. Vous semblez attribuer un excès de testostérone à un certain nombre de crimes de l’histoire. Est-ce que ça n’est pas explicatif d’un certain nombre d’entreprises glorieuses et
folles ?

Michel Onfray. Écoutez, là j’en parle dans ce livre sur les gilets jaunes. Regardez ce qu’ont été les femmes dans le mouvement gilet jaune, ce qu’elles ont dit, comment elles ont porté le mouvement et comment pour un certain nombre d’hommes, en face, ça n’est pas exactement la même chose… Jacline Mouraud, Priscillia Ludosky sont des femmes chez qui il n’y a jamais eu de débordement. En revanche en face, chez des Éric Drouet et autres…

Elisabeth Lévy. Certes. Mais on va jusqu’à dire que les femmes sont meilleures pour exercer le pouvoir. Il me semble qu’il faut faire attention…

Michel Onfray. Non je ne suis pas d’accord avec ça. Et je ne dis pas ça. J’ajoute que pendant la révolution française les grandes femmes étaient toutes…

>>> Retrouvez la suite sur RNR.TV <<<

OnfrayTV, soutien de la presse de droite, origines sociales, gouvernement, retraites, place des femmes, affaire Matzneff, gilets jaunes, antisémitisme, Guillaume Durand, Etienne Chouard… 50 minutes d’entretien entre Michel Onfray et Elisabeth Lévy sont à découvrir sur REACnROLL maintenant.

Lire la suite