Ça allait sans dire. Et ça va encore mieux quand le procureur le dit. Le parquet de Paris a compris ce que n’importe quel lecteur de bonne foi pouvait comprendre : dans l’entretien qu’il nous a accordé en octobre 2016 (voir notre numéro « Zemmour le Gaulois »), Eric Zemmour ne s’est nullement livré à une apologie du terrorisme comme le prétendaient des associations représentant les victimes du 13 novembre et du 14 juillet. L’affaire a donc été classée sans suite, ce qui signifie qu’il n’y a pas matière à poursuites.  Tant mieux. Reste qu’elle n’aurait jamais dû avoir lieu. Il suffisait de lire les propos de Zemmour, au-delà de la phrase incriminée et répétée en boucle sur « le respect des terroristes » pour comprendre ce qu’il avait voulu dire – il faut prendre nos ennemis au sérieux. Au vu du pedigree de certains de ces ennemis, le propos est contestable. Il ne témoigne pas de la moindre sympathie pour les criminels.

À lire aussi >> L’entretien d’Eric Zemmour : “Entre la France et l’islam, les musulmans doivent choisir”

On ne sait qui a soufflé aux proches des victimes l’idée aberrante que Zemmour pouvait avoir de l’indulgence ou de l’admiration pour les tueurs, et celle, plus aberrante encore, que la justice allait le sanctionner, mais il faut espérer que les familles demanderont des comptes (moraux, pas judiciaires) aux responsables de cette déplorable manipulation de leurs sentiments. Force est en tout cas de constater que ces familles ou leurs inspirateurs n’ont jamais jugé nécessaire de saisir la justice quand les innombrables idiots utiles et médiatiques de l’islamo-gauchisme nous expliquaient  à longueur de colonnes que les tueurs étaient des victimes et qu’il fallait comprendre qu’ils ne nous aiment pas, nous qui étions colonialistes, racistes, et tout le reste. Et rappelez-vous du débat irréel qui a inauguré 2016 et toutes les belles âmes qui piaillaient à l’idée qu’on pût déchoir de leur nationalité des terroristes condamnés, sous prétexte qu’on ne pouvait appliquer cette sanction qu’aux doubles nationaux. Je trouve pour ma part ce souci de l’égalité appliquée à des tueurs et ce respect sourcilleux de leurs droits bien plus coupables que le « respect » de Zemmour.  Mais il ne me viendrait pas à l’idée de saisir les tribunaux pour protester. Avez-vous vraiment envie de vivre dans un pays où on interdirait à Michel Onfray d’écrire que les djihadistes nous attaquent parce que nous les attaquons (je caricature, mais c’est l’idée), ou à Virginie Despentes d’avouer sa fascination pour les frères Kouachi ? Dans un pays où toute pensée un tant soit peu choquante serait préventivement interdite ? Moi pas. Et apparemment, le Parquet de Paris non plus.

Une chose est sûre. Grâce à la plainte – et à la meute qui a cru voir là une nouvelle occasion de se délivrer de son cauchemar – « On le tient chef ! » –, le débat sur les thèses d’Eric Zemmour n’a pas eu lieu (sinon dans nos pages). Et pourtant, ni les plaideurs ni les lyncheurs n’auront gain de cause. Pour notre part, nous continuerons à pratiquer, avec Eric Zemmour et avec tous ceux qui le voudront bien, ce que nous faisons le mieux, l’engueulade civilisée. Les idées discutables, on ne les interdit pas : on les discute.

Partager
Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.