Photo : Martine Aubry.

C’est plus fort qu’elle. Lorsqu’on lui envoie une lettre, il faut qu’elle la diffuse à la presse et la rende publique. Martine Aubry a ainsi réitéré la mauvaise manière qu’elle avait faite il y a quelques mois à Arnaud Montebourg lorsque, dans un courrier pourtant confidentiel, il lui présentait son rapport sur la fédération des Bouches-du-Rhône.

Averti par ce précédent fâcheux, le député de Saône-et-Loire a ainsi fait preuve d’une grande naïveté[2. Ou alors c’est un coup de billard à trois bandes bien risqué] lorsqu’il a suggéré, par un courrier tout aussi privé, de prendre au plus vite les mesures qui s’imposent pour ne pas renouveler l’erreur provençale dans le Pas-de-Calais. Mal lui en a pris. Cette missive n’a pas attendu quelques semaines pour se retrouver dans toutes les rédactions françaises.

Mieux ! Aubry a évoqué le sujet en pleine présentation des futurs candidats socialistes aux législatives. Fustigeant l’ego de celui qui lui a taillé des croupières lors de la primaire socialiste avant de choisir François Hollande au second tour, elle a volé au secours de cette figure d’avenir dont l’honneur aurait été sali par Montebourg : Jack Lang.

Ce dernier, qui n’avait pas souhaité se soumettre au vote des militants dans sa circonscription du 6-2, venait d’être privé de point de chute local par le parti. Mais on lui promet une nouvelle terre d’élection pour juin. Hier en effet, la rumeur enflait quant à un possible parachutage de Lang dans les Vosges qui, même si elles en ont vu d’autres, pourraient tout de même être épargnées de temps à autre.[2. Un bon esprit de mes amis, constatant que cette rumeur prenait de l’ampleur, s’inquiétait de la malédiction vosgienne :« La série noire continue depuis les invasions des Huns, la Guerre de Trente ans, deux guerres Mondiales, la tempête de 1999 et la mort de Philippe Séguin ». Peut-on franchement lui donner tort ?]. Après tout, les hiérarques du PS vont peut-être déplacer les illustres habitants de la Place des Vosges dans le département des Vosges ? Et DSK : Epinal ou Saint-Dié ?

En attendant, il nous reste à souhaiter bon courage à François Hollande qui va devoir mener sa campagne avec une Première secrétaire bien décidée à lui savonner la planche. D’ailleurs, des esprits affûtés ont remarqué qu’elle avait évoqué l’importance de la victoire… en juin. Traduisez : la présidentielle, pour elle, c’est devenu secondaire.

A ceux qui souhaitent connaître leur quart d’heure warholien en rêvant de voir leur prose reproduite dans la presse nationale, nous leur conseillons d’écrire à Martine Aubry et de ne pas omettre d’inscrire la mention « Confidentiel » sur l’enveloppe. Avec la première secrétaire du PS, cette méthode semble imparable !

Lire la suite