Si la réalité dépasse parfois la fiction, c’est que la fiction précède souvent la réalité. La littérature prévoit l’avenir. Cette chronique le prouve.


L’article 21 de la loi sur le séparatisme visant à restreindre l’instruction à domicile ravive une guerre scolaire qui ne date pas d’hier. L’école laïque a pourtant été célébrée longtemps dans notre littérature comme une référence républicaine, politique mais aussi poétique, de Péguy à Marcel Pagnol en passant par Louis Pergaud. Mais l’école, laïque ou pas, est pour nombre de parents synonyme d’une intrusion dans l’éducation de leurs enfants par des valeurs qu’ils ne partagent pas. Le Monde publie le témoignage d’une mère qui a fait le choix d’éduquer ses trois filles à la maison: « L’État s’autoproclame premier éducateur de nos enfants, mais cela va à l’encontre de tous les textes fondateurs ! » Il est intéressant de voir que Charles Péguy, d’une certaine manière, conforte cette analyse : « Il ne faut pas que l’instituteur soit dans la commune le représentant du gouvernement ; il convient qu’il y soit le représentant de l’humanité ; ce n’est pas un président du Conseil, si considérable que soit un président du Conseil, ce n’est pas une majorité qu’il faut que l’instituteur dans la commune représente. [] Il est le seul et l’inestimable représentant des poètes et des artistes, des philosophes et des savants. » (Œuvres en prose) P

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2021 – Causeur #88

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite