Photo : epc.

Chaque semaine jusqu’à l’élection présidentielle, la « battle » sur Yahoo ! Actualités confronte les éditos de Rue89 et Causeur sur un même thème. Cette semaine, Elisabeth Lévy et Pascal Riché débattent de l’état de la France en ce début d’année.

Pour vous je ne sais pas, mais pour moi, 2012 c’est déjà mal barré. Il y a une semaine, je me trouvais chanceuse de vivre dans un pays où les raisons de rigoler ne manquent pas – et je ne parle pas seulement des célèbres colères de la présidente Choly. Dans les dernières blagues de 2011, j’aime particulièrement celle où Bertrand Delanoë autorise une paroisse à exposer une Crèche à condition qu’elle soit dépourvue de toute connotation religieuse – dans l’une de ces immondes petites baraques blanches qui, chaque année à la même époque, défigurent plusieurs avenues parisiennes. Je me disais qu’on allait bien s’amuser avec la chouette baston présidentielle qui s’annonce.

Autant vous dire que c’est réussi. En une semaine, avec leurs vœux, nos aimables politiques m’ont flanqué un cafard monstre. Droite, gauche, majorité, opposition, pas un pour rattraper l’autre. Pour une fois qu’ils sont tous d’accord, c’est pour nous répéter qu’on en bave et qu’on va en baver encore plus. Ça a commencé le soir du 31 avec les vœux du Président qui nous a dit que c’était la crise la plus grave qu’on ait connue depuis 1945 et que ça ne faisait que commencer. Et j’ai décidé d’arrêter après avoir lu la lettre de François Hollande – oui, François Hollande m’a écrit. Mais je mentirais en disant qu’il m’a remonté le moral. Il me raconte que la France est « abaissée, affaiblie, abîmée, dégradée ». Il aurait au moins pu faire l’andouille, je ne sais pas, lever les bras comme un tire-bouchon en promettant qu’elle serait bientôt libérée. Bernique.

Benoît Hamon accuse le Président, le Président accuse la finance. Chacun joue sa partition, mais on dirait qu’il n’y a que des marches funèbres en rayon. De Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon, c’est la même chanson : nous vivons un enfer. Les Français endurent de graves difficultés et même de terribles souffrances. Je me demande si c’est moi qui vis sur une autre planète ou si nous avons collectivement perdu tout contact avec le réel. Les gens que je croise dans la rue, le RER ou la vie ne paraissent pas tous désespérés – d’accord, ça ne se voit pas forcément – ni affamés, ni misérables. Au cas où ça vous aurait échappé, le week-end qui a marqué la fin des vacances scolaires a été classé « rouge » par Bison futé, peut-être des gens partis chercher à la campagne de quoi échapper aux duretés du rationnement.

Vous trépignez ? Relisez Les raisins de la colère : en 1929, des petits fermiers américains mouraient de faim pour de vrai. En 1960, alors que la France s’adonnait au bonheur de la croissance, des familles voyaient leur fils partir à la guerre. Et aujourd’hui, dans l’Espagne voisine, des centaines de milliers de personnes ne perçoivent plus le moindre revenu.

Je sais que des millions d’entre nous sont déjà condamnés au chômage et que beaucoup vivent dans l’angoisse d’y passer. Je sais qu’on attend des heures aux urgences des hôpitaux, que le RER est souvent en grève ou en panne, que la machine à laver ou la voiture qui lâchent peuvent être une catastrophe pour un budget calculé à dix euros près. Je sais que des mères seules doivent compter sur le Secours populaire ou les Restaus du cœur pour nourrir leurs gosses. Je sais que 7,5 % des Français vivent en dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec 800 euros par mois. Je sais enfin, et c’est peut-être le plus grave, que certains de mes concitoyens travaillent sans pouvoir vivre décemment du fruit de leur travail.

Mais il n’est pas sûr que ce soient ceux qui souffrent le plus qui se plaignent le plus. Certes, la vie des Français appartenant aux classes moyennes comme vous-et-moi est plus difficile que dans les périodes plus fastes. Nos banquiers nous refusent des crédits et nous enquiquinent pour un misérable découvert. Pour aider le petit dernier à s’installer, il a fallu passer les vacances en Bretagne plutôt qu’aux Bahamas. Nous hésitons à aller voir un médecin dès que nous nous sentons vaguement patraque. Il faut expliquer aux mômes qu’ils doivent choisir entre la dernière console de jeux et les baskets dernier cri.

Je ne veux pas vous faire le coup des petits Chinois qui meurent de faim mais peut-être sommes nous un peu des enfants gâtés. A force de brailler sur le supposé détricotage de notre modèle social, on ne voit pas que le filet social, même avec des mailles plus larges qu’hier, offre une sécurité impensable il y a seulement 30 ou 40 ans et toujours inconnue dans les prétendus eldorados que sont les pays émergents. À titre indicatif, la France consacre plus de 30 % de son PIB à la protection sociale ce qui en fait la championne des pays européennes. Nous nous étranglons de rage parce qu’il y a des gens très riches, ce qui personnellement ne m’empêche pas de dormir, et préférons ignorer que 60 des revenus distribués sont des revenus de transfert – ce qui aux yeux d’un Américain fait de la France un pays communiste. Nous pleurons sur notre sacro-saint pouvoir d’achat, alors que beaucoup d’entre nous ont une existence matérielle plus confortable que celle de leurs parents sous les mythologiques Trente glorieuses. Et pour finir nous accusons l’Etat qui n’en fait jamais assez pour nous.

Bref, nous sommes devenus un peuple de créanciers : toujours victimes, jamais responsables. Alors, que nos dirigeants aient fait de mauvais choix, c’est plus que probable. Mais outre que nous les avons élus, ces dirigeants, et que nous élirons encore, ces choix nous les avons acceptés et même souhaités. Nicolas Sarkozy a dit que la crise, c’était la faute à « la finance ». Sauf qu’on trouvait tous ça chouette la finance quand, en boursicotant avec trois sous on pouvait en gagner 20 sans rien faire. Nous sommes justement révoltés par les délocalisations mais pensons qu’acheter un écran plat ou un i-Phone à bas prix est un droit de l’homme. D’où la palinodie sur la TVA sociale. Qu’il faille financer la protection sociale, cela relève de l’évidence – encore que certains semblent imaginer que l’Etat a un magot provenant d’autre chose que du fruit de notre travail à tous. Il s’agit de choisir si nous préférons être imposés quand nous travaillons ou quand nous consommons – et en l’occurrence quand nous consommons des produits importés de pays à bas coûts salariaux. Mais nous, nous voulons produire français et acheter chinois. Pourquoi se casser la tête ? Protestons contre les effets dont nous chérissons les causes.

Alors, plutôt que de pleurnicher sur notre sort, peut-être devrions nous nous intéresser pour de vrai, et pas seulement en écrasant une larme devant un JT, à ceux qui ne s’en sortent pas – et dont le problème n’est pas d’avoir pris une semaine de vacances et pas deux à Noël. D’accord, tout va mal, mais au risque de passer pour atrocement ringarde, je suis sûre que ça ira mieux quand, au lieu de recenser en boucle tout ce que notre pays ne fait pas pour nous, nous nous demanderons ce que nous pouvons faire pour notre pays – et pour commencer pour notre voisin qui est vraiment dans la mouise. Tant pis si cela nous oblige à repousser de six mois l’achat d’une nouvelle bagnole.

Lire la suite