Ex-commerçante, la députée LREM de l’Eure Claire O’Petit est l’une des rares grandes gueules de la majorité. Celle qui présente le profil sociologique des gilets jaunes dénonce la déconnexion entre certaines élites parisiennes et le quotidien des classes populaires éprouvées par l’impôt et les
limitations de vitesse.


Causeur. En tant que députée La République en marche (LREM) très présente sur le terrain, avez-vous vu venir le mouvement des « gilets jaunes » ?

Claire O’Petit. Je n’ai pas cette prétention. Néanmoins, avant même le déclenchement de la crise, je sentais un grand mécontentement. L’été dernier, sur les marchés, dans les vide-greniers et lors de mes permanences, tout le monde me parlait de la limitation à 80 km/h de la vitesse autorisée sur les petites routes. Et le plus inquiétant, c’était le décalage entre deux visions des choses : à Paris, le gouvernement s’est justifié au nom de la sécurité, car cela évite des morts, mais nous n’avons à aucun moment débattu de la portée sociale de cette mesure. Quand on fait 60 km par jour pour aller travailler, cinq minutes supplémentaires de transport compliquent considérablement la vie. Il suffit d’un impondérable qui

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Janvier 2019 - Causeur #64

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite