Home Culture “Chanson douce”: un film prétentieux


“Chanson douce”: un film prétentieux

Un mauvais livre peut donner un mauvais film, la preuve

“Chanson douce”: un film prétentieux
(c) Studio Canal

Chanson douce, de Lucie Borleteau
Sortie le 27 novembre


Le malicieux Michel Audiard a dit un jour qu’il valait mieux adapter un mauvais livre, car à l’arrivée cela pouvait faire un bon film… Le film de Lucie Borleteau adapté du roman Chanson douce, de l’omniprésente et convenue Leïla Slimani lui donne malheureusement tort. De ce roman lourdement démonstratif, la cinéaste fait naître un film terriblement maladroit pour raconter l’histoire d’une folie ancillaire.

Incarnée sans finesse par Karin Viard, dont la dangerosité potentielle clignote trop tôt, cette petite héritière solitaire des sœurs Papin ne trouve pas ici son Chabrol tendance La Cérémonie. Les bobos parisiens ont remplacé les bourgeois provinciaux d’hier. Mais l’acidité a disparu. Reste un drame de la folie ordinaire dont on se fiche éperdument. Tout ici est téléphoné, attendu, prévisible et on se surprend à espérer le massacre des innocents à force d’ennui, de répétition et de prétention stylistique.

Chanson douce - Prix Goncourt 2016

Price: 7,50 €

64 used & new available from 2,37 €

Décembre 2019 - Causeur #74

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Réforme des retraites: et la démographie française?
Next article Démocrates: le parti des minorités et des intellectuels
Critique de cinéma. Il propose la rubrique "Tant qu'il y aura des films" chaque mois, dans le magazine

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération