Home Édition Abonné Avril 2020 Le virus du QR code


Le virus du QR code

Tendance chez les morts

Le virus du QR code
Hanwell Cemetery à Londres © Unsplash

Des tombes connectées, la pointe du progrès


Depuis le début de la crise du coronavirus, les cimetières sont devenus suspects. On peut y être enterré, mais il n’est malheureusement plus possible d’accompagner en nombre un cher disparu jusqu’à sa dernière demeure. Il y a encore peu de temps, le quotidien des cimetières était paisible. On venait y chercher la paix et l’éternité, et on la trouvait. Les morts qui avaient des tendances mondaines fréquentaient le Père-Lachaise, ceux qui ne vibraient qu’au son des vagues venaient passer la morte-saison au cimetière marin de Sète. Les morts qui aimaient jouer aux petits soldats installaient leur gloire aux Invalides, tandis que les grands mâles – à qui la nation est reconnaissante – venaient frimer au Panthéon. La sérénité des cimetières, c’était avant la révolution technologique.

© D.R
© D.R

Il y a quelques années, un « QR code » (une sorte de code-barres évolué) a été apposé sur le tombeau d’une des gloires du cimetière de Montauban : Manuel Azaña, dernier président de la Seconde République espagnole, exilé en France après la victoire de Franco. Depuis, les visiteurs, équipés de leur smartphone, scannent ainsi la tombe, pour accéder au site web d’une association qui défend la mémoire du grand homme. Grâce à ce genre d’initiatives connectées, les cimetières deviennent bientôt de vastes complexes ludo-éducatifs. Homo festivus s’y balade avec son téléphone en main, bondissant de tombe en tombe, de code-barres en code-barres à la recherche des « métadonnées » qui se cachent sous les pierres tombales. Encore une péripétie qui ne donne vraiment pas envie de mourir.

Avril 2020 - Causeur #78

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article De l’utilité du taoïsme par temps de pandémie
Next article Confinement: la qualité de l’air ne s’est pas améliorée à Paris
Il est l’auteur de L’eugénisme de Platon (L’Harmattan, 2002) et a participé à l’écriture du "Dictionnaire Molière" (à paraître - collection Bouquin) ainsi qu’à un ouvrage collectif consacré à Philippe Muray.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération