Amateurs de grands moments de télé et de radio, avez-vous manqué Chantal Jouanno vendredi matin au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV et RMC ? Si oui, sachez-le : notre ministre des sports, invitée à s’exprimer sur la crise que traverse le football français, nous a offert une jolie perle.

Au début de l’émission, elle explique que les quotas, c’est illégal, que cela relève du « pénal »[1. Vendredi soir, au JT de France 2, je l’ai même entendue évoquer la prison au sujet de François Blaquart. Cela me paraît très insuffisant. Pourquoi ne pas rouvrir le bagne de Cayenne ?]. Une dizaine de minutes plus tard, Bourdin lui demande si elle est favorable à l’institution de quotas de femmes dans les conseils d’administration des entreprises. Et Chantal Jouanno de répondre positivement. En bon journaliste, Bourdin lui rappelle ses déclarations de début d’émission. Mais ce n’est pas la même chose, rétorque t-elle, dans le premier cas, on exclut, dans le second, il s’agit d’inclure.

Peu lui importe que l’exclusion des uns provoque simultanément l’inclusion des autres, et vice-versa. Dans la foulée, la ministre ajoute, dans un sourire ravageur : « Excusez moi d’être un petit peu féministe ! ». Moi aussi, je fais des progrès dans la lutte contre le sexisme. Il est en effet rarissime que l’on qualifie une dame de clown.
Chantal Jouanno, ministre du gouvernement de la France, est un clown.

Lire la suite