Home Édition Abonné Ce à quoi vous avez échappé depuis le 17 mars…


Ce à quoi vous avez échappé depuis le 17 mars…

Les bons côtés du coronavirus

Ce à quoi vous avez échappé depuis le 17 mars…
Dessin du projet de l'artiste Christo ©André Grossmann / Christo and Jeanne-Claude - 2019 CHRISTO / AFP

Le confinement aura eu le mérite non négligeable de ralentir la marche effrénée du progrès en nous épargnant la tenue d’événements comme l’emballage de l’arc de triomphe ou le festival « Turn Ovaires » consacré au « cyclo-féminisme ».


La guerre contre le coronavirus – de loin celle que je préfère – n’est pas encore gagnée. Les soignants soignent. Les pangolins se marrent. Les grognards du confinement, en short, applaudissent à tout rompre chaque soir à 20 heures, et appellent la gendarmerie à 20 h 05 pour régler quelques conflits de voisinage à coups de dénonciations citoyennes. Bref, la France va bien. Mais sans le confinement, qui nous cloître, nous assigne à domicile, nous infantilise et nous prépare des lendemains économiques qui ne chantent pas, qu’aurait été la France ? À quoi avons-nous échappé depuis cette date fatidique du 17 mars ?

L’agenda médiatique a dû se passer de rendez-vous quasiment névralgiques, tels que la Journée de la non-violence éducative, la Journée mondiale du cirque, la Journée de la femme digitale, la Journée mondiale de la marionnette, la Journée mondiale de batailles d’oreillers (vérifiez…), la Journée internationale du fromage, et la Journée mondiale des manchots (celle des pangolins était en février).

La fameuse journée mondiale de bataille d'oreillers © JOEL SAGET / AFP
La fameuse journée mondiale de bataille d’oreillers
© JOEL SAGET / AFP

Le Festival de Cannes a été reporté à une date ultérieure. Le confinement a cruellement interrompu la crucifixion méthodique de Roman Polanski par les bataillons vigilants du néoféminisme. Par ailleurs, le festival de progrès Turn Ovaires (Saint-Denis), consacré au féminisme et au vélo (au « cyclo-féminisme » !) a dû être annulé, ce qui est un recul conséquent pour le droit des femmes à travers le monde.

A lire aussi, Jean-Paul Brighelli : Le temps des collapsologues est arrivé

L’artiste américain Christo n’emballera pas l’Arc de Triomphe, comme c’était prévu initialement à la rentrée. Nous ne verrons donc pas de sitôt ce lieu de mémoire, où brûle la flamme du soldat inconnu, enveloppé pour la cause de l’art contemporain par une toile bariolée.

Le confinement nous a aussi privés des indignations répétitives de Greta Thunberg. Ses tweets se font rares. Terminée la grève de l’école ! La jeune prodige a dû mettre en pause sa machine à donner des leçons à la terre entière. Nul doute que sans cette crise inouïe, Greta aurait continué à donner ses conseils avisés aux grands de ce monde, sur le tri des déchets et la fin du capitalisme. Singulièrement, un virus encore plus petit qu’elle aura peut-être la peau du modèle « d’avant » …

Mai 2020 – Causeur #79

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article “La France devrait créer une chaîne d’approvisionnement avec le Maghreb”
Next article Sandouville: le coup de poignard de la CGT dans le dos de Renault

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération