Le Tribunal de Grande Instance de Paris a statué le 25 novembre dernier


Le 25 novembre, la journaliste du Figaro Magazine Judith Waintraub, accusée de diffamation pour avoir qualifié le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) d’« officine salafiste […] au service de l’islamisation de la France », a été relaxée. Après quatre ans de procédure, l’évidence politique est devenue une vérité judiciaire.

Les faits reprochés à Judith Waintraub remontent au début de l’été 2015, six mois après les attentats de Charlie hebdo et de l’Hyper Cacher. Le 26 juin, Yassin Salhi, un chauffeur livreur, kidnappe son employeur et le décapite avant de foncer avec sa camionnette dans une usine de production de gaz industriel à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), espérant la faire exploser pour provoquer une tuerie de masse.

A lire aussi, Elisabeth Lévy: Charlie Hebdo caricatural?

Cet attentat islamiste est le premier cas de décapitation en France. L’opinion publique est sous le choc.

Dans ce contexte, Le Figaro interviewe Pasca

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Décembre 2019 - Causeur #74

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite