Le choix du thème de ce numéro 42 s’est vite imposé à toute l’équipe : on a beaucoup blasphémé cet automne. C’est du moins ce qu’ont voulu nous signifier, dans des registres radicalement différents mais néanmoins fâcheusement concomitants, les jeteurs de boules puantes du Théâtre de la ville, les saboteurs amateurs du Rond-Point et, sauf surprise majeure, les incendiaires de Charlie Hebdo. Ces indignés-là n’avaient pas été conviés au bal par Stéphane Hessel, ils sont venus quand même…

D’où ce paradoxe relevé, avec quelques autres, par Elisabeth Lévy dans son texte introductif : « Si l’identité a mauvaise odeur quand elle est nationale et française, le propre de notre époque est que chacun croit devoir protéger contre les outrages, manquements et moqueries chaque parcelle de son identité particulière, surtout si celle-ci peut se prévaloir de son statut minoritaire.»

Ce come-back du blasphème sera donc exposé, discuté, disputé par nos auteurs et nos invités dans un copieux dossier de 23 pages, elles-mêmes incluses dans un numéro qui, ce mois-ci encore, en comptera 64.

64 pages 100% inédites, où l’on retrouvera une myriade d’invités (Jean-Pierre Chevènement, Hector Obalk, Francis Rapp, de l’Institut et Nicolas Dupont-Aignan), des chroniques, des critiques et bien sûr, des sujets qui fâchent : qu’il s’agisse de Cyril Bennasar sur le vote des étrangers ou Daoud Boughezala sur la dissection à vif du souverainisme, de Gil Mihaely sur Ouvéa vu par Kassovitz ou François Saint-Pierre sur le danger écolo, vous risquez peut-être d’en ressortir énervé, sûrement pas ennuyé.

Pour pouvoir profiter de tout cela, vous avez comme chaque mois le choix entre l’achat au numéro (papier ou numérique), la souscription à l’offre Découverte (le dernier n° + les deux prochains pour seulement 12,90 €) ou l’abonnement 1 an (papier ou numérique). Avec tout ça, difficile de ne pas croire au Père Noël, non ?

 

Acheter ce numéro  /  Souscrire à l’offre Découverte (ce n° + les 2 suivants)  /  S’abonner à Causeur

 

Lire la suite