Ken Loach reçoit la Palme d'or pour son film "Moi, Daniel Blake" (Photo : SIPA.00756771_000001)

DEGRÉ ZÉRO – Mercredi 27 avril

Qu’est-ce que j’apprends, par un communiqué de presse du CNRS ? Sur Mars, l’eau bout à 0 °C ! Je ne vous explique pas tout, mais en gros, c’est dû à la différence de pression atmosphérique : 6 millibars là-bas contre 1 013 chez nous ; on ne se rend pas compte comme ça, mais ça vous change une planète. Cette découverte explique beaucoup de choses, m’explique-t-on d’ailleurs, et notamment le relief accidenté de Mars, sculpté par l’eau bouillante. Sans compter que pour le thé, ça simplifie considérablement le boulot de Matt Damon, déjà bien occupé avec ses tomates.

 

LAST BREXIT… – Dimanche 1er mai

France Culture, 11 heures, L’Esprit public – Jean-Louis Bourlanges nous explique comment, dans son discours de Londres, Obama a pris à contre-pied les partisans du Brexit : « À la base de leur argumentation, on trouve surtout le vieux choix churchillien : “Entre l’Europe et le grand large, nous choisirons toujours le grand large.” Mais que faire quand c’est le grand large qui leur dit : “Choisissez l’Europe” ? » 

Ils peuvent d’autant moins refuser, poursuit l’impitoyable Bourlanges, qu’Obama en appelle tout haut à la fameuse « special relationship » entre les deux pays, si chère aux Britanniques ; elle sera encore plus forte si le Royaume-Uni reste dans l’Europe, « parce que c’est dans l’intérêt des États-Unis », balance Barack. Et Jean-Louis de décrypter drôlement : « En tant que cheval de Troie des intérêts américains en Europe, la Grande-Bretagne est nettement plus utile à l’intérieur de l’Union qu’à l’extérieur ! »

Le Bourlanges, pour sa part, est nettement meilleur maintenant, en spectateur dégagé, que dans le rôle de prof. de centrisme radoteur où il s’était enfermé pendant trente ans.

 

GOD SAVE THE KHAN – Lundi 9 mai

Lu quelque part (sans doute dans le 42, que je prends volontiers quand il pleut) : en accédant au poste de maire de Londres, Sadiq Khan est loin d’avoir épuisé ses ambitions, à en croire cette vraie-fausse confidence lâchée en réponse à un journaliste :

« Qu’est-ce que vous comptez faire après ?

— Tout, sauf reine d’Angleterre ! »

Comme quoi les Londoniens ont de la suite dans les idées : ils votent pour le candidat le plus drôle. Ainsi Sadiq succède-t-il à Boris, aussi marrant dans un genre moins Rastignac. À un journaliste qui lui demandait s’il envisageait d’entrer un jour à Downing Street, « BoJo » avait répondu : « J’ai autant de chances de devenir Premier ministre que de me réincarner en olive, ou d’être décapité par un frisbee. »

 

BACK IN USSR – Vendredi 13 mai

Décidément, rien ne va plus pour les communistes dans l’ex-patrie du socialisme. Non seulement ils ont scissionné comme de vulgaires trotskistes, mais pour récupérer la marque « Parti communiste » les deux PC en sont maintenant réduits à prendre à témoin la justice bourgeoise. Accessoirement, selon Le Figaro, chacun de ces deux partis (faux) frères accuse l’autre d’être manipulé en sous-main par Poutine. Et sur ce dernier point au moins, je ne serais pas surpris qu’ils aient raison tous les deux.

 

RAIDE CARPETTE – Dimanche 22 mai

Treize fois sélectionné, six fois primé, déjà palmé en 2006, Ken Loach triomphe une fois de plus cette année à Cannes, avec un énième drame misérabiliste sur les laissés-pour-compte du thatchero-blairo-cameronisme. Notez que je n’ai rien contre le cinéma engagé en général, sauf qu’il est généralement chiant.

Tel n’a pas été l’avis du jury cannois, qui s’est enthousiasmé pour ce trente-quatrième coup de piolet vengeur contre l’« extrême droite néolibérale ». Il fallait voir Ken, tous poings levés, remercier le festival d’avoir, à travers lui, distingué « un cinéma qui met en avant le peuple contre les puissants ». Sur ces fortes paroles, un tonnerre d’applaudissements est monté du parterre de pingouins triés sur la banquise… Vivement le réchauffement climatique !

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Basile de Koch
est chroniqueur des nuits parisiennes à "Voici" et du Basile de Koch est chroniqueur des nuits parisiennes à "Voici" et du PAF à "Valeurs actuelles". Il est aussi essayiste à 16h.
Lire la suite