Le 24 juin dernier, les Britanniques savaient-ils qu’un de leurs aliments préférés, la sauce Marmite, allait peut-être disparaître des rayons des supermarchés?
Cette pâte à tartiner, née au début du XXe siècle, à base de levure de bière et riche en vitamine B1, est soit adorée ou détestée en raison de son goût très prononcé. Même si elle suscite beaucoup de controverses, la Marmite est un produit du quotidien outre-Manche. J’ai beau être Britannique, je ne l’aime pas du tout. Comment mes compatriotes peuvent-ils en enduire leur toast au petit-déjeuner ou se préparer des sandwich au Marmite? Quels excentriques ces Anglais !

La faute au Brexit !

Mais là n’est pas le drame. Quatre mois après la victoire du “Leave”, quand cette pâte noire amère a commencé à se raréfier dans les rayons des supermarchés Tesco – la première chaîne de grands magasins british – certains ont commencé à se mettre en colère. C’est bien évidemment la faute au ‘Brexit dur,’ promis par le Premier ministre Theresa May, qui a fait chuter le cours de la livre sterling à son niveau le plus bas depuis trente-et-un ans face au dollar.  Pour absorber le manque à gagner entraîné par la baisse de la livre sterling., le groupe anglo-néerlandais Unilever a augmenté de 10 % les prix de ses produits vendus au Royaume-Uni, dont la si populaire pâte à tartiner.

Tesco a mal réagi à cette décision. La marque se répand en déclarations intempestives, prétendant que Unilever cherche surtout à améliorer ses marges, et que le groupe néerlandais souhaite punir le Royaume-Uni pour son vote eurosceptique… Shocking ! L’enseigne a décidé d’entamer un bras de fer avec son fournisseur et a annulé ses commandes.

Frayeur et tremblements

La panique gagne mes compatriotes. Que vont-ils-ils manger au breakfast après le Brexit ? Plusieurs journaux britanniques en ont profité pour proposer des recettes de Marmite à faire soi-même. Des pots de  pâte à tartiner au goût immonde ont aussi été mis en vente sur Ebay. D’autres s’accommodent parfaitement de la situation, comme Boris Johnson, l’ancien maire de Londres et partisan du Brexit, aujourd’hui ministre des Affaires étrangères, qui n’aime pas plus la Marmite que votre serviteur.

Cette pénurie de la pâte à tartiner n’est pas une première en Europe. La commercialisation de Marmite avait été suspendue en 2011 au Danemark, en raison de sa trop forte teneur en vitamine B1. Un magasin qui vendait des produits britanniques à Copenhague avait alors lancé la campagne « Bring back Marmite » (Ramenez la Marmite). Plusieurs Britanniques résidents au Danemark s’essayaient déjà au trafic de Marmite… le nouvel or noir?