La ville de Bollène est dirigée par l’extrême droite, euh non pardon, excusez-moi par la Ligue du Sud. La Ligue du Sud est le mouvement de Jacques Bompard qui ferait passer le Front National et ses principaux responsables pour des paroissiens du MoDem. Notre ami Jacques de Guillebon a néanmoins montré qu’il fallait être énervé et de mauvaise foi communautariste comme un rouge du Front de Gauche pour voir malice dans l’exposition d’une jolie tête blonde à l’entrée de la ville, accompagnée du mot « identité ». On sait bien que le mot « identité » est tout à fait neutre dans la bouche de ces gens-là, c’est bien connu, quand bien même ils seraient très proche du Bloc Identitaire, justement, un mouvement bien connu pour sa vison décrispée des rapports entre les peuples.

Ne pas voir le mal partout donc. Mais il faut reconnaître que Bollène ne nous y aide pas. On apprend ainsi que la même municipalité de Bollène, comme le raconte La Provence qui n’est tout de même pas La Pravda ni même L’Huma, a purement et simplement interdit Le chant des partisans lors des commémorations du 18 Juin. Nous rappellerons donc aimablement à Marie-Claude Bompard, épouse du maire d’Orange et maire de Bollène depuis 2008 que Le chant des partisans n’a jamais été un chant communiste et que ses paroles ont été écrites en 1943 par Maurice Druon et Joseph Kessel qui étaient plutôt franchement gaullistes. Mais apparemment, pour la municipalité, gaullistes, communistes, tout ça, c’est du pareil au même et comme on dit en cauchois « toute la pouque sent le hareng. »

Question d’identité, donc, effectivement.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Jérôme Leroy
Écrivain et rédacteur en chef culture de Causeur. Derniers livres parus: Nager vers la Norvège (Table Ronde, 2019), La Petite Gauloise (Folio Policier, 2019)
Lire la suite