photo : Vincent Cassel, la Haine

Il est des polars comme des cris stridents. Brut et agressif, Beyrouth-sur-Loire reflète le parcours sinueux de son jeune auteur. Pierric Guittaut a habité cinq ans dans la banlieue nord de Bourges, où il a joué l’animateur social puis le journaliste. Son voyage initiatique au Liban, à l’hiver 2004, lui a inspiré le personnage du flic Michel Jeddoun, monolithe maronite au physique buriné par ses années de phalangiste.

Flanqué d’un lieutenant prêt à toutes les compromissions, Jeddoun regarde les cadavres joncher les trottoirs de la cité des Ajoncs au fil de la campagne municipale du maire sortant. Ce libéral-sécuritaire, orfèvre de l’enfumage médiatique, cultive avec soin ses liens avec la presse locale, histoire de se forger une image de « dur » face à l’angélisme de la gauche. On aura compris que toute ressemblance avec la politique réelle n’a rien d’une coïncidence.

Lire la suite